EXCLUSIF - Découvrez la jeune artiste française qui a dessiné le Doodle du 14 juillet

EXCLUSIF - Découvrez la jeune artiste française qui a dessiné le Doodle du 14 juillet

14 JUILLET - En ce jour de fête nationale française, Google a fait appelle à une jeune artiste calaisienne, Loup Blaster, pour réaliser le Doodle du jour. Ou plutôt trois : Liberté, Egalité, Fraternité.

Courant juin, il y a environ un mois, Loup Blaster a reçu un étrange appel. "Allo, c'est Google, on voudrait que vous réalisiez le Doodle du 14 juillet ", telle est en substance ce qu'entend à l'autre bout du fil Loup Baster, jeune artiste de 23 ans originaire de Calais. Une offre comme celle-ci, ça ne se refuse pas. "C'est pour moi l'occasion de m'exprimer mais aussi d'honorer une fête vraiment symbolique pour mon pays", explique-t-elle à metronews. Un événement assez unique qui soulève bon nombre de questions.

► Comment Loup Blaster a-t-elle fait pour être l'artiste qui a créé le Doodle du 14 juillet cette année ?
Rien ! Ce sont les équipes dédiées aux Doodle qui ont repéré l'artiste française, qui vient de terminer ses études dans le cinéma d'animation et s'est récemment installée à Londres pour des raisons professionnelles. L'originalité, la créativité et la qualité de son travail ont attiré l'attention et Google lui a donc proposé d'être en haut de l'affiche en ce 14 juillet sur son moteur de recherche.


► 
Quel message a voulu faire passer l'artiste avec ce Doodle ?
"j'ai voulu exprimer l'optimisme. Dans mon travail, j'aime passer des messages positifs", résume Loup Blaster. Finalement, ce ne sera pas une mais trois créations que le moteur de recherche retiendra pour les intégrer en ce jour de fête nationale sur sa page d'accueil française. Pourquoi trois ? Parce que Loup Blaster avait proposé plusieurs versions correspondant à la devise de la République française : Liberté, Égalité, Fraternité. "J'ai voulu y mettre un sens particulier pour chaque mot, comme par exemple le choix des arbres pour la Liberté. L'arbre est un symbole de liberté depuis la Révolution et c'est toujours un symbole fort : il est présent sur les pièces de monnaie de 1 et 2 euros. Et puis j'y ai mis un peu de chez moi : j'ai trouvé l'inspiration à Calais pour dessiner ces arbres." Et pour la Fraternité, c'est aux migrants de Calais auxquels elle a pensé, elle qui a déjà réalisé un court-métrage dédié à leur situation.


► 
Cela prend beaucoup de temps de créer un Doodle ?
"Cela a dû nécessiter environ trois semaines mais sans travailler en permanence dessus, explique Loup Blaster. J'avais d'autres projets sur lesquels je travaillais en parallèle. Mais c'était une bonne chose car cela permettait d'échanger avec les équipes de Google (en France et aux Etats-Unis, ndlr).


► Google a-t-il été très directif ?
Pas vraiment : "Google m'a laissé carte blanche pour créer le Doodle que je voulais." Si Loup Blaster a partagé avec la firme américaine ses créations dans les différentes étapes de son travail, elle est restée très libre de ses choix artistiques et les équipes dédiées au Doodle se sont contentées de quelques remarques constructives. Et comme l'artiste maîtrise parfaitement l'outil Internet, elle a pu créer ses Doodle animés de A à Z.

► Est-on bien payé pour faire un Doodle ?
Non. C'est néanmoins une proposition qui ne se refuse pas, même s'il n'est pas rémunéré en tant que tel : seul un défraiement pour les frais de productions est prévu. Mais un  lien vers le site de l'artiste  sur la home de Google.fr, ne serait-ce qu'une journée, voilà une proposition qui ne se refuse pas pour une jeune artiste qui cherche à se faire un nom.

EN SAVOIR + >>  Pour le 14 juillet 2014, le Doodle avait été fait au crochet par l'artiste Julie Adore

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

L'exécutif change de ton : ce que va annoncer Jean Castex à 18h

EN DIRECT - Covid-19 : Pfizer va tester l'efficacité d'une troisième dose de son vaccin contre les variants

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter