F1 2016 : la belle surprise de la rentrée

High-tech
JEU VIDEO - Après un épisode 2015 vécu comme une régression, Codemasters avait à cœur de proposer aux fans de F1 virtuelle un jeu digne de ce nom. Réaliste, beau, fluide, complet et prenant, avec F1 2016, la rédaction de LCI a pris plaisir à avaler les kilomètres de piste et à fêter ses victoires entourées de splendides hôtesses.

Parfois, les belles surprises sont là où on ne les attend pas. Après des années d’errance vidéoludique, sans jamais parvenir à concevoir un opus aussi bon que F1 2012, Codemasters avait des choses à se faire pardonner. En nous proposant un mode Carrière remanié et du contenu plus immersif, l’éditeur redore son blason et offre aux fans de la série un jeu de Formule 1 virtuelle de qualité. À notre grande surprise et pour notre plus grand plaisir.

Le retour du mode Carrière fait toute la différence

Alors que F1 2015 avait fait l’impasse sur le mode Carrière, l'épisode 2016 répare cette erreur. Car c’est bien ce retour qui fait évidemment toute la différence. Plutôt bien scénarisé, il peut s'étaler sur dix saisons. Vous pourrez donc créer votre personnage, lui choisir un nom, un visage, un casque… et c’est à peu près tout. La personnalisation n’est en effet pas aussi poussée qu’on aurait pu l'espérer. Il vous faudra ensuite choisir une écurie où exercer vos talents. Chacune d’entre elle définit ses exigences. Quand les petites ne vous demanderont que quelques points, les plus importantes vous pousseront à vous mêler à la lutte pour le titre.


Après avoir signé votre contrat négocié par votre agent, vous serez propulsé dans votre nouvelle équipe. Accompagné par votre ingénieur et des vos techniciens, vous allez pouvoir développer votre monoplace au motor-home. Les essais libres vous permettront d'acquérir de nouvelles pièces et améliorations, de tester les pneus et le comportement de votre Formule 1, et de peaufiner votre stratégie pour aborder au mieux les qualifications et la course. Et chacune de vos décisions aura une incidence positive ou négative sur vos résultats le jour J sur le bitume.

Du beau contenu... mais pas top visuellement

Au retour appréciable et apprécié de ce mode de jeu, F1 2016 ajoute tout le contenu officiel de la saison en cours, dont le nouveau GP d'Azerbaïdjan qui s'installe à Bakou, celui d’Hockenheim en Allemagne, la présence des écuries Renault et Haas F1 Team, ainsi que celles de pilotes débutants (Pascal Wehrlein et Jolyon Palmer). Du classique en somme, comme à chaque nouvel épisode de la série. Petit plus pour les joueurs les plus aguerris, ils pourraient se délecter du retour des départs manuels comme pour les vrais pilotes, et de la montée d'adrénaline que cela procure.


Un contenu étoffé donc, avec également la possibilité d’affronter simultanément jusqu’à 21 adversaires "humains" en ligne. En revanche, pas de multi en local et d'écran splitté pour jouer à deux. Une pratique malheureusement très répandue depuis quelques temps dans les simulations de courses.


Si F1 2016 se révèle donc plutôt complet, les principaux acteurs et les tracés étant aussi fidèlement reproduits, techniquement parlant le jeu est loin d'être bluffant. Il vous faudra ainsi composer avec quelques chutes de framerates, qui ralentissent (bien trop souvent) le déroulement de certaines courses. Pour répondre aux inquiétudes des joueurs, Codemasters a d'ailleurs promis d'y remédier avec la sortie prochaine d'un DLC. Rien qui ne devrait freiner les ardeurs des amoureux de la discipline, quel que soit leur niveau, du novice au pilote expérimenté. Promis, vous en aurez pour votre argent.

F1 2016 Disponible sur PS4 (version testée), Xbox One et PC PEGI 3

En vidéo

Trailer de lancement de F1 2016

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter