Facebook a-t-il trouvé un moyen d'activer le micro de votre smartphone à votre insu ?

Facebook a-t-il trouvé un moyen d'activer le micro de votre smartphone à votre insu ?

DirectLCI
ECOUTE - Caméra, micros, votre esprit… Le scandale Cambridge Analytica n'empêche pas Facebook de tenter de collecter des données par de nouveaux moyens. La société de Mark Zuckerberg aurait même trouvé, parmi ses dernière inventions, un moyen de vous enregistrer chez vous sans que vous ne vous en aperceviez.

Facebook n’en finit sans doute plus d’avoir des problèmes avec nos données personnelles. Mais quand le réseau social parvient à faire coup double avec des objets connectés activés à notre insu, cela pousse le vice un peu plus loin.


La semaine passée, le quotidien britannique Metro révélait que la firme de Mark Zuckerberg avait trouvé un moyen de faire réagir votre smartphone à des contenus audio sans que vous ne vous en aperceviez. Le logiciel élaboré par Facebook permettrait ainsi de glisser un son inaudible pour l’oreille humaine au milieu d’une publicité télévisée, qui donnerait l’ordre à votre smartphone de démarrer un enregistrement audio.


Evidemment, Facebook a nié une rumeur qui avait déjà circulé par le passé. Pourtant, rappelle le site du journal, un brevet existe bel et bien pour un "système qui permet de donner l’ordre aux smartphones d’utilisateurs de capturer le son ambiant." Inspiré d’un ensemble de sons de type code Morse, l’appareil serait capable de décrypter l’ordre et de l’exécuter sans que vous n’en ayez conscience.

Dans le brevet, déposé sous l’appellation "analyse de contenu de diffusion basée sur l'enregistrement audio ambiant", la division recherche de Facebook admet que le but est d’enregistrer "les sons distincts et subtils d’un lieu particulier", "les bruits des machines, le son du mouvement humain au loin, ceux de la climatisation ou de la plomberie dans la maison". Mais est-ce pour nous espionner ? Non, promet Facebook… Cela ne servirait qu’à avoir connaissance de ce que les gens regardent sur leur TV ou autres supports afin de mieux personnaliser les publicités sur le réseau social.


La publicité, au cœur de tout pour la société de Palo Alto, qui pourrait aussi proposer aux entreprises de savoir un peu plus précisément le nombre véritable de personnes qui prennent connaissance de leur publicité ou non, qui s’y intéressent, et ce qu’ils font durant la diffusion. Les données seraient alors stockées dans les serveurs de Facebook afin de déterminer s’il faut continuer à vous proposer ce genre de produits ou pas.


Conscient de l’émoi suscité par une telle nouvelle, Facebook a eu tôt fait de tenter de rassurer. Interrogé par Mashable, Allen Lo, vice-président de l’entreprise, a expliqué que cette technologie contenue dans ce brevet "ne serait jamais" intégrée à l’un des produits. "C’est une pratique courante de déposer des brevets pour empêcher d’autres entreprises de les utiliser", a-t-il souligné. Protéger les utilisateurs et leurs données des mauvaises intentions des autres évidemment…

Ce n’est pas la première fois que Facebook tente d’en savoir davantage sur ses utilisateurs par des biais bien éloignés d’internet ou de l’appli sur smartphone. En début d’année, on apprenait que l’entreprise travaillait sur un concept de portail physique qui consisterait à installer des micros et des caméras grand angle dans les foyer sous la forme d’un écran de contrôle de 15 pouces. Capable de reconnaissance faciale, il permettrait de se connecter à son compte Facebook sans avoir besoin de rentrer ses coordonnées. Un peu plus tard, c’est un robot de surveillance destinés aux entreprises et aux domiciles, lui aussi équipé de micros et de caméra sur un support roulant, qui était dévoilé. Auparavant, Facebook avait aussi laissé entendre qu’un projet pour lire dans les esprits était en cours d’élaboration.

Le scandale Cambridge Analytica a-t-il freiné les ardeurs de Facebook dans sa quête toujours plus folle de récolter des données personnelles ? Sans doute pas. Récemment, on a également appris que Facebook pourrait prochainement prédire l’avenir d’un utilisateur en analysant ses dernières informations publiées ou partagées, voire l'aider à faire des rencontres proposées selon son profil. La vie privée reste une donnée toujours plus ou moins abstraite pour Facebook.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter