Facebook a-t-il débloqué par erreur vos contacts indésirables ?

Facebook a-t-il débloqué par erreur vos contacts indésirables ?
High-tech
DirectLCI
OOPS - Facebook a annoncé dans un communiqué avoir par erreur débloqué certains contacts indésirables bloqués par ses utilisateurs. Un bug qui aurait touché près de 800.000 usagers.

Facebook a reconnu lundi avoir pendant quelques jours débloqué par erreur des contacts indésirables que des utilisateurs avaient décidé de bloquer. Un souci désormais réglé qui a touché 800.000 usagers entre le 29 mai et le 5 juin. "Nous savons que la possibilité de bloquer quelqu'un est importante", a  indiqué sur le blog de Facebook une responsable du réseau social, Erin Egan, en  précisant que le groupe souhaitait s'en "excuser".


Facebook tente toujours de redorer son blason après le scandale Cambridge  Analytica, qui lui vaut des enquêtes policières, parlementaires, et de la part  des régulateurs aux Etats-Unis et dans d'autres pays. Depuis le scandale qui a éclaté en mars, Facebook a promis la "transparence" et communique donc régulièrement, notamment pour révéler lui-même divers dysfonctionnements. "Bloquer" quelqu'un sur Facebook l'empêche d'accéder à vos publications, de  vous envoyer des messages et l'ôte de votre liste d'amis.

En vidéo

Bourse : Facebook rebondit après les excuses de Mark Zuckerberg

Le "bug" n'a pas remis les utilisateurs bloqués dans les "amis" mais ils ont pu pendant ce laps de temps envoyer au "bloqueur" des messages sur le  service de messagerie instantanée Messenger, a expliqué Facebook, qui a invité  lundi les 800.000 usagers concernés à vérifier leurs listes de contacts bloqués. Si vous n'avez pas reçu de message d'avertissement de la part du réseau social, vous n'êtes à priori pas concerné, mais n'hésitez pas à votre tour à aller vérifier la liste de vos amis... et de vos ennemis.

En avril dernier, Facebook a laissé filer les données personnelles de jusqu'à 87 millions de  ses usagers à leur insu, qui se sont retrouvées entre les mains de la firme  britannique Cambridge Analytica, spécialisée dans la communication stratégique et qui travailla en 2016 pour la campagne de Donald Trump à la Maison Blanche. Le patron Mark Zuckerberg avait dû s'excuser et s'expliquer longuement  devant des parlementaires américains puis européens très remontés contre le  groupe, qui revendique 2,3 milliards d'utilisateurs dans le monde.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter