Facebook élaborerait un outil de censure pour revenir en Chine

Facebook élaborerait un outil de censure pour revenir en Chine

BIG BROTHER - Selon une enquête du New York Times, la firme de Mark Zuckerberg a mis au point un outil permettant de masquer certaines publications des fils d'actualité.

Banni de Chine depuis 2009, le géant américain Facebook semble prêt à de grands compromis afin de permettre son retour, parmi lesquels accepter la censure du régime de Pékin.

Selon le quotidien américain The New York Times, la firme a développé un logiciel qui empêche certaines publications d'apparaître sur les fils d'actualité d'utilisateurs dans des zones géographiques prédéfinies. Ce projet est soutenu et défendu par le directeur général, Mark Zuckerberg, ajoute le quotidien, qui cite des salariés anciens et actuels.

Les publications supprimées avant leur apparition

Si Facebook a développé le logiciel, il ne compte pas supprimer les messages de son propre chef, en confiant le soin à un tiers, "probablement une compagnie chinoise partenaire", poursuit le New York Times. A leur charge de superviser les sujets et de supprimer les thèmes de discussion de leur choix.

Facebook a déjà censuré des contenus par le passé, notamment au Pakistan, en Russie et en Turquie. La compagnie a ainsi bloqué environ 55.000 contenus dans vingt pays entre juillet et décembre 2015. Mais cet outil de filtrage va plus loin en empêchant les contenus d'apparaître en Chine.

L'outil fait polémique au sein-même de la compagnie. Plusieurs employés qui travaillaient sur le projet ont démissionné après avoir exprimé leurs doutes.

Lire aussi

    Un marché potentiel de 1,4 milliard de personnes

    Rien ne dit que Facebook ait déjà proposé le logiciel aux autorités chinoises, écrit le New York Times, ajoutant qu'il constitue l'une des nombreuses voies de réflexion suivies par le réseau social pour revenir en Chine - un marché potentiel d'1,4 milliard de personnes -, et qu'il pourrait tout aussi bien ne faire l'objet d'aucune application concrète.

    Mark Zuckerberg avait rencontré en mars Liu Yunshan, le responsable de la propagande de Pékin, lequel, selon l'agence Chine nouvelle, avait dit espérer que le réseau social développe les échanges ainsi qu'une certaine compréhension mutuelle avec

    les sociétés chinoises de la toile.

    "Nous disons depuis toujours que la Chine nous intéresse et nous consacrons beaucoup de temps à comprendre ce pays et à

    apprendre sur lui", dit Arielle Aryah, porte-parole de Facebook, dans un courriel adressé à Reuters. "Nous n'avons toutefois encore pris aucune décision quant à notre démarche envers la Chine. Notre but actuellement est d'aider les entreprises et développeurs chinois à se développer dans de nouveaux marchés en dehors de la Chine par le biais de notre plate-forme publicitaire".

    Lire aussi

      Lire aussi

        En vidéo

        Le virus Eko se répand sur Facebook : comment y échapper ou s'en débarraser ?

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        "Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

        Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

        VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

        EN DIRECT - Covid-19 : l’Australie pourrait maintenir ses frontières fermées jusqu’à fin 2022

        Vaccination : le calendrier accélère, les dates clés pour s'y retrouver

        Lire et commenter

        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.