"Facebook est une entreprise qui lance beaucoup d'innovations"

"Facebook est une entreprise qui lance beaucoup d'innovations"

High-tech
DirectLCI
INTERVIEW – A l'occasion des dix ans de Facebook, metronews a rencontré Laurent Solly, son directeur général en France. Il revient sur la succes-story de l'entreprise et rassure sur les données personnelles.

Que représente Facebook en France ?
Il y a plus de 26 millions d'utilisateurs actifs par mois et 18 millions par jour. 12 millions se connectent par ordinateur et 11 par mobile, sachant que certains utilisent évidemment les deux supports. Il y a toujours une croissance d'utilisation en France, selon l'Ifop Facebook a aujourd'hui 63 % d'utilisation chez les internautes français et a gagné en un an 9 points, entre 2012 et 2013. Et 81 % l'utilisent au moins une fois par semaine. Facebook représente 20 % du temps passé sur son smartphone, c'est désormais la première utilisation de ces appareils. Et les gens reviennent en moyenne 14 fois par jour sur leur fil d'actualités ! C'était un pari pour l'entreprise de réussir le virage mobile et de devenir une marque de référence sur le mobile.

Pourtant Facebook Home sur Android a rencontré un succès mitigé.
Cela avait été lancé il y a environ un an. Facebook est une entreprise qui lance beaucoup de produits et beaucoup d'innovations. Elle veut offrir à ses utilisateurs de multiples occasions de se connecter, de partager et de publier. Home en est une parmi d'autres, si vous prenez toute l'année 2013, vous avez eu la modernisation de l'application Facebook, le nouveau fil d'actualités, le développement de Messenger comme application autonome que plus de 700 millions de personnes utilisent, le développement de la vidéo sur Instagram et Instagram Direct. On vient également de présenter Paper qui sera bientôt disponible en Europe.

La récente mise en avant des actualités est-elle une manière de se rapprocher de l'usage de Twitter ?
Non, c'est avant tout une demande des utilisateurs. Selon des chiffres américains, Facebook est aujourd'hui la première plateforme d'information. L'évolution de la plateforme permet donc de faire remonter d'avantage les contenus des médias. Vous suivez non seulement vos amis, mais aussi vos centres d'intérêt et les marques.

Est-ce le fait de ne mettre en avant que des contenus censés intéresser les utilisateurs ne les empêchent pas de découvrir des sujets qu'ils ne connaissent pas ?
Non, car c'est l'utilisateur qui choisit avec qui partager ses contenus. C'est lui qui choisit ses centres d'intérêt, les marques qu'il suit. Il façonne son profil et son univers comme il le souhaite. Facebook est un outil très personnel, votre manière de l'utiliser n'est pas la mienne. Chacun maîtrise la vie de son profil, il en est le décideur et façonne sa vie sur Facebook. A nous de proposer les innovations pour mieux partager vos contenus.

Peut-on imaginer que Paper devienne l'application par défaut de Facebook ?
Non, c'est plutôt une application complémentaire, comme Instagram ou Messenger. Paper se situe dans cette stratégie d'offrir les meilleurs produits à chacun. On veut donner une qualité d'interface de très haut niveau, simple, facile d'accès. C'est aujourd'hui un produit superbe dans l'expérience utilisateur.

Que répondez-vous aux utilisateurs qui s'inquiètent de l'utilisation de leurs données personnelles ?
C'est un sujet important. La première chose est que la protection des données personnelles est une priorité pour Facebook. C'est ce qui fonde notre relation avec les utilisateurs. Deuxièmement, on cherche à développer les meilleurs outils pour maîtriser correctement sa politique de publication. C'est un sujet prioritaire pour nous.

Pourtant concernant l'affaire de la NSA, les données captées n'étaient maîtrisées ni par vous ni par les utilisateurs.
Cela n'a rien à voir avec Facebook. L'entreprise à dit deux choses sur le sujet. La protection des données personnelles est fondamentale. Puis nous avons aussi choisi la transparence en disant que si les autorités gouvernementales ont des informations à demander, elles doivent le faire selon des règles nationales que nous respectons entièrement. Pour le prouver aux utilisateurs, nous éditons régulièrement le "Transparency report" qui recense ces demandes et celles auxquelles nous avons accédé.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter