Facebook réfléchit au lancement d'une version payante et sans publicité

High-tech
DirectLCI
INTERNET - Seriez-vous prêt à payer chaque mois pour utiliser les services de Facebook ? C’est la question que le réseau social se pose en ce moment.

La page d’accueil de Facebook indique, depuis de nombreuses années, que le service est gratuit et qu’il le restera toujours. Mais le récent scandale des données impliquant le réseau social et la firme de communication stratégique Cambridge Analytica pourrait changer la donne. 


À en croire Bloomberg, l’entreprise californienne mène actuellement une étude de marché dans le but de connaître l’opinion des utilisateurs au sujet d’une version payante et sans pub, sous forme d’abonnement. Pour le site de Mark Zuckerberg, la question n’est pas tant de savoir si les utilisateurs actuels sont prêts à payer, mais si des personnes non-inscrites sur le réseau social, souvent par défiance, seraient prêts à franchir le pas si on leur promettait que leurs données ne seraient pas exploitées. 

Nous avons pensé à beaucoup d'autres formes de monétisation, y compris les abonnements, et nous continuerons toujours à tout considérerSheryl Sandberg, numéro deux de Facebook

Dans un entretien accordé début avril à la chaîne NBC News, la directrice des opérations de l’entreprise, Sheryl Sandberg, avait indiqué que Facebook dépendait des données de ses utilisateurs pour fonctionner, et qu’il faudrait que les gens paient pour s’affranchir des systèmes de publicité ciblée. 


"Nous avons pensé à beaucoup d'autres formes de monétisation, y compris les abonnements, et nous continuerons toujours à tout considérer", avait-elle déclaré. Lors de son témoignage devant le Congrès américain, quelques jours plus tard, Mark Zuckerberg avait ouvert la porte à un modèle en partie basé sur les abonnements payants, tout en affirmant qu’"il y aura toujours une version gratuite de Facebook".

En vidéo

VIDÉO - Il était une fois Facebook

Il y a encore un an, il aurait été impensable d'imaginer Facebook remettre en question son modèle économique. En 2017, le réseau social a réalisé un chiffre d’affaires de 41 milliards de dollars (34,3 milliards d’euros), dont presque 40 milliards provenaient des publicités ciblées, souligne Bloomberg.

Regagner la confiance des utilisateurs

En plein dans la tourmente, l'entreprise américaine a dû mener un vaste examen de ses activités afin d'identifier des moyens de combler les failles de sécurité potentielles et, plus généralement, de regagner la confiance des utilisateurs et d'améliorer leur expérience. 

Parmi les pistes évoquées : l'ajout d'un système de vote sur les commentaires qui permettrait de leur attribuer une mention positive ou négative. Le réseau social a également annoncé en début d’année qu’il allait demander aux utilisateurs de déterminer le degré de fiabilité de différents médias d’information. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter