Les messages privés de 81.000 utilisateurs de Facebook mis en vente par des hackers

High-tech
INTERNET - Une enquête de nos confrères de la BBC révèle que plus de 81.000 utilisateurs de Facebook se sont fait pirater leurs messages privés, qui ont ensuite été mis en vente sur Internet.

Vivement que 2018 se termine pour Facebook. Une enquête du service russe de la BBC révèle ce vendredi que des pirates informatiques sont parvenus à collecter les messages privés d’au moins 81.000 utilisateurs du réseau social. Les malfaiteurs affirment être parvenus à les revendre cet automne. Le prix d’un profil complet : 0,10 dollar. Les hackers ont déclaré au média britannique être en possession de données liées à plus de 120 millions de comptes, mais ce chiffre n’a pas pu être confirmé par les experts de la société de sécurité Digital Shadows, qui a mené l’enquête conjointement avec la BBC.


La fuite de données a été découverte pour la première fois en septembre dernier après qu’un hacker du nom de FBSaler a partagé un message sur un forum anglophone : "Nous vendons les renseignements personnels des utilisateurs de Facebook. Notre base de données comprend 120 millions de comptes". Dans son post, des extraits des messages privés étaient en ligne afin de susciter l’intérêt de potentiels acheteurs. La BBC a alors contacté cinq utilisateurs russes, qui ont confirmé que les messages étaient bien les leurs.

Les pirates ont utilisé des extensions de navigateur malicieuses

Ce nouveau vol de données ne serait pas lié au piratage massif de 29 millions de comptes, qui a été révélé en septembre dernier par le réseau social. Selon les premières éléments de l’enquête, les pirates informatiques ont utilisé des extensions de navigateur malicieuses, qui leur ont permis d'accéder aux informations des comptes concernés. De son côté, Facebook a déclaré que sa sécurité n’avait pas été compromise. Le réseau social américain a indiqué à la BBC qu’il avait pris des mesures pour éviter que d’autres comptes ne soient affectés à l’avenir.

"Nous avons contacté les concepteurs des navigateurs pour nous assurer que les extensions malveillantes ne sont plus disponibles au téléchargement dans leurs magasins", a déclaré à la BBC Guy Rosen, le vice-président de Facebook chargé des questions de sécurité. Après avoir été informé du piratage, l'entreprise américaine a contacté les forces de police afin que les informations dérobées par les hackers soient supprimées des forums.


Les utilisateurs dont les comptes ont été compromis sont pour la plupart Russes, Urkainiens, Américains et Anglais. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter