Rappeurs, joueurs, gamers : on a passé une tête à la soirée FIFA 19

High-tech
DirectLCI
REPORTAGE - Fraîchement auréolé du titre mondial, le football français était à une toute autre fête ce lundi soir : celle de la sortie, programmée vendredi 28 septembre, du jeu vidéo de simulation FIFA 19, événement annuel qui attire généralement les fans, les joueurs pro mais aussi pléthore de célébrités. On est allé prendre la température à la soirée de lancement.

Après avoir chanté tout l’été, le football français a déjà repris le chemin des terrains bien réels. Les pelouses virtuelles de FIFA reprennent, elles, du service ce vendredi avec l’arrivée de FIFA 19, près d’un mois après le grand rival PES 2019. Et comme chaque année, EA Sports, son éditeur, a marqué le coup dès ce lundi soir avec un événement de lancement. L’occasion de croiser joueurs pro, pros de la manette et célébrités, tous plutôt fans du célèbre jeu.

Titre de champions du monde oblige, on était en droit d’attendre des célébrations dignes de ce nom. Le lieu avait déjà de quoi en mettre plein les yeux : la Paris La Défense Arena (plus communément appelée U Arena), située à Nanterre. La salle polyvalente de l’ouest parisien flambant neuve s’était parée de sa vaste pelouse synthétique, recouverte de multiples mini-terrains de foot accueillant ici un concours de tirs, là un parcours de dribbles et un peu plus loin un match. Ça et là, des interviews face caméra s’organisent au cœur du terrain, les intervenants pas toujours rassurés à la perspective possible de prendre un ballon dans la tête.

Tunisiano et Rim'K, les stars de FIFA 19

Les bornes de jeu installées un peu partout sont prises d’assaut par les plus fervents adeptes de FIFA, ceux qui sont venus tester le jeu tandis que d’autres se ruent sur le buffet un peu plus loin. 17h et l’on croise les premiers rappeurs venus en bande. Parmi eux, Soprano, prompt à discuter football virtuel avec nous. "J'ai beaucoup joué à FIFA quand j'étais petit. J'ai arrêté et j'y suis revenu pour FIFA 08 (2007, ndlr). Depuis 10 ans, je joue beaucoup avec mes potes et surtout mon fils", explique-t-il, avant de confier une anecdote dont il n’est pas peu fier : "On m’a appelé lors de la conception de FIFA 09 et j’ai mis une chanson à l’intérieur. Victory n’existe que pour le jeu. C’est un truc de fou d’entendre sa voix quand tu joues à FIFA !" 


Lui se considère comme un vrai fan du jeu qui trépigne à l’idée d’aller mettre la main sur la nouvelle version. "Tu as l’impression de regarder un vrai match tellement ils (les concepteurs, ndlr) améliorent les petits détails techniques à chaque fois." Est-ce que le Marseillais qu’il est ne jure que par l’OM ? "Je ne prends l’OM que quand la personne à côté de moi prend Paris. Sinon, j'aime bien jouer avec le Barça ou avec le Real Madrid", s’amuse le chanteur.

Un tournoi amical entre rappeurs s’organise au fond de l’Arena. "A FIFA, je suis plutôt le genre beau parleur. Le genre de mec contre lequel tu veux rejouer tout de suite même si tu lui as mis une raclée tellement j’ai parlé. Les meilleurs, ce sont Tunisiano et Rim’K. Youssoupha, il est pas mal…" dit-il alors avec malice alors que Rim’K arrive le saluer. Ce dernier s’en va prendre place sur un canapé installé un peu plus loin pour un 2 contre 2 devant une dizaine de ses acolytes. Ça chambre, ça titille, ça rigole. On a l’impression d’être dans le salon avec eux, assistant à une partie entre potes et pas au milieu d’une salle de 32.000 places où la musique rap résonne à gogo grâce au DJ, un peu seul abandonné dans les gradins. 


Sur la vaste pelouse, quelques-uns tapent dans un ballon mais ils sont de moins en moins nombreux au fil des heures. On y croise davantage des présentateurs de chaînes et émissions sportives venus nombreux, des youtubeurs, l'acteur Issa Doumbia, le groupe LEJ, Laurent Maistret ou encore Bruce Grannec, ancien champion du monde de FIFA. Tous attendent également deux joueurs du PSG, Thomas Meunier et Presnel Kimpembe, espérés un peu plus tard dans la soirée. Commentateurs stars du jeu depuis plusieurs années, Pierre Ménès et Hervé Mathoux jouent cette fois les interviewés. Kev Adams vient alors se poser à côté de nous pour mettre enfin la main sur le jeu.

Kev Adams, joueur volontaire "mais nul"

"Je suis venu avec mon petit frère. C’est un vrai mordu du jeu. Il est très fort. FIFA, ce sont un peu des moments fraternels pour nous", dit l'acteur alors que son frère est parti jouer réellement au football un peu plus loin. "Notre équipe favorite, c’est l’équipe de France car on est champion du monde !", clame Kev Adams en choisissant de jouer… avec le PSG face à Bordeaux. Le voilà lancé dans une partie en mode Survie (l’équipe qui marque perd un joueur à chaque fois). S’ensuit une match assez rocambolesque face à l’un de ses amis. "Ça fait longtemps que je joue, mais j’ai du mal à évoluer. Je stagne à un niveau qui est… nul", admet-il. "Là, ça va être tout pour l’attaque. J’aime le football en général, je n’ai pas vraiment d’équipe préférée ou de joueur préféré."


"Kev, c’est un faux nul. Ce genre de joueur qui peut prendre deux poteaux contre lui et aller marquer derrière", lâche son adversaire du soir. Mais sur le coup, c’est Bordeaux qui ouvre la marque sur penalty. "Non, mais c’est quand même agaçant ce qui vient de se passer. J’ai mené tout le début du match", lâche le comédien avec une pointe de mauvaise foi assumée. Il réussira à égaliser grâce à Verratti juste avant la pause sur une action aussi soudaine que inespérée. "Marco, si tu nous regardes, ce but, il est pour toi !", dédicace le héros d'Alad'2

Et Kimpembe et Meunier firent leur entrée...

Sur les écrans géants derrière nous, les spots de pub à la gloire de FIFA 19 s’enchaînent sans coupure, mais personne ne semble y prêter attention. Le DJ remet de la musique, mais l’U Arena, presque trop grande pour la soirée, peine à trouver son rythme. On s’amuse à droite, à gauche. On trinque et on joue pourtant. Puis, le silence se fait soudain. Kimpembe et Meunier font leur entrée dans la salle et tous les regards se tournent immédiatement vers eux. Un champion du monde français et un 3e de la compétition avec la Belgique, tous deux incontournables au PSG, sont là. 


Le premier est caché sous la capuche de sa veste et s’en va rapidement répondre aux interviews dans un coin. Le second garde son sourire et se prête plus volontiers au jeu. Interrogé sur sa note de 82, le Belge ne s’en plaint pas, contrairement à d’autres joueurs dans la vidéo pleine d’humour de FIFA 19. "C’est dur de se juger soi-même, mais il n’y a rien dans mes notes qui ne me choque", reconnaît-il. Le Thomas Meunier du jeu, il s’en amuse. "J’ai commencé à jouer à FIFA il y a près de 20 ans. C’est drôle de se retrouver ensuite dedans. Mais je me trouve plutôt bien fait", assure le défenseur parisien. "C’est assez fidèle à la réalité." En revanche, il juge que, parfois, il y a des erreurs : "Dans le jeu, les joueurs peuvent rattraper Kylian (Mbappé, ndlr). Je peux vous dire que, dans la réalité, ce n’est pas possible !" (rires). 

Meunier attend patiemment de pouvoir finir sa partie de FIFA 19 débutée avec Kimpembe. "On en était à 1-1 à la pause. C’est pas mal comme score car je peux vous dire qu’il est bien meilleur que moi." Kimpembe, lui, a déjà filé, sous les yeux des agents de sécurité qui gardaient un œil sur les quelques gamins présents désireux d’approcher un des Bleus qui les avaient tant fait rêver cet été. Peine perdue. Il a couru aussi vite que Mbappé sur le coup et disparu des radars.Il est 22h. La salle de Nanterre se dépeuple progressivement. On n'a plus qu'à attendre vendredi pour savoir si le jeu sera à la hauteur du gigantisme des lieux.

FIFA 19 - Un jeu EA Sports disponible le 28 septembre sur PS4, Xbox One et PC

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter