Focal Sphear : les premiers écouteurs du spécialiste français du son

High-tech
TEST — Avec les Sphear, Focal fait son entrée sur le marché des oreillettes. Avec une réputation qui le précède, le spécialiste français du son est donc attendu au tournant. Metronews a testé le modèle et vous donne son avis.

En 2012, la très réputée marque française Focal faisait une entrée remarquée sur le secteur du son nomade. Jusque-là seulement fabriquant d’enceintes, la société de Saint-Etienne se lançait à l’assaut d’un marché dominé par de grands noms américains comme Bose ou Beats. Avec le Sphear, Focal veut réitérer l’exploit et imposer cette fois-ci son savoir-faire aux oreillettes intra-auriculaires.

ON AIME

La finition
Plastique laqué et pièces d’inox, le tout très bien assemblé. Rien à dire de ce côté-là, Focal rassure avec son image plutôt haut de gamme. La finition est en tout cas à la hauteur d’un produit à 129 euros. Mention spéciale également au connecteur jack coudé à 45 degrés. Un bon compromis entre les prises droites qui ont tendance à s'abîmer rapidement et celles à 90 degrés qui s’accrochent souvent dans les poches.


Les accessoires

Là aussi Focal a été généreux : sacoche de transport, adaptateur avion et bien évidemment 6 paires d’embouts. Parfait pour adapter les écouteurs à toutes les formes d’oreilles. Ainsi, trois paires sont en silicones et les trois autres en mousse en mémoire de forme. On préférera d’ailleurs ces dernières, plus confortables et plus isolantes.

Le son, mais…
C’est évidemment le point sur lequel on attendait le plus Focal. La qualité sonore est-elle à la hauteur de sa réputation ? La réponse sera seulement un “oui, mais”. On reconnaîtra tout d’abord la maîtrise de la marque quant à la précision et la limitation de la distorsion (indispensable si l’on écoute à fort volume). Même chose du côté des basses, plutôt bien rendues pour ce type de matériel. On peine en revanche plus avec la gestion des aigus, bien trop mis en avant, au risque d’entendre quelques chuintements sur les cymbales ou les charlestons. Un défaut qui accentue la fatigue auditive lors de longues plages d’écoute.

ON AIME MOINS

Le confort
En sortant le Sphear de sa boîte, on est tout d’abord surpris par la forme des écouteurs. Sphériques (d’où le nom du modèle), ils peuvent ainsi reposer sur le pavillon de l’oreille. D'après Focal, cela les aide à mieux tenir en place. Dans les faits on commencera à ressentir une certaine gêne au bout d’une petite heure d’utilisation, suffisante pour qu’on ait envie de les retirer un instant, le temps de reposer ses oreilles.


La télécommande universelle

L’idée était bonne : faire en sorte que la télécommande soit compatible avec tous les types de smartphones (iOS, Android et Windows Phone). Située à la jonction des fils des deux écouteurs, elle ne consiste qu’en un seul bouton. Pratique pour mettre pause (un clic), passer à la chanson suivant (deux clics) ou revenir à la précédente (trois clics). Grâce au micro intégré, elle permet aussi de décrocher pour répondre à un appel et de s’en servir comme kit main libres. Tout cela est très efficace, mais il manque une fonctionnalité essentielle à des écouteurs : la gestion du volume. Pour l’intégrer il fallait décliner trois versions respectivement adaptées aux trois systèmes d’exploitation du marché. Focal a finalement choisi la voie de l’universalité, quitte à limiter les fonctionnalités de sa télécommande. Dommage.


BILAN
Aucun doute : le Sphear est un bon choix d’écouteurs. Malgré tout, on attendait bien mieux de Focal, notamment quant à la qualité sonore. Sans cette prédominance mal maîtrisée des aigus, le son du Sphear aurait été tout simplement parfait. Reste tout de même des écouteurs plutôt jolis, bien finis, bien équipés et à rpix abordable (129 euros). Plus que suffisant pour que le modèle soit une option sérieuse au moment de faire son choix.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter