Free : Xavier Niel prévoit "un petit truc sur le mobile" pour 2015

High-tech

FREE – Le fondateur de Free a précisé dans une interview qu'une nouveauté arrivera dans le courant 2015. Il a également à nouveau fait l'apologie de la France quant à son régime fiscal très favorable aux entreprises. Un discours à contre-courant de l'ambiance actuelle.

"Free s'est endormi sur le mobile et quand je vois les marges de nos concurrents, je n'ai pas envie de m'arrêter là", a expliqué Xavier Niel ce mardi 4 novembre sur BFM Business . "Avant la fin du premier semestre 2015, on aura un petit truc sur le mobile", indique même le grand patron. Un petit truc qui méritera quand même une keynote de la part de Xavier Niel.

L'actionnaire majoritaire d'Iliad, maison mère de Free, a également fait le point sur la couverture 3G de l'opérateur : "On est à 75 % de couverture nationale. Dans deux ans, on va essayer de viser les 95 % de couverture, et oui, on déploie notre réseau". Et d'ajouter : "A la fin de l'année, nous aurons plus de 75 % de couverture 3G et 50 % en 4G".

Ode à la politique fiscale de la France

Xavier Niel est également revenu sur sa déclaration faite devant les étudiants de Sciences Po : "La France est un paradis fiscal". Il a pourtant enfoncé le clou sur BFM Business : "Deux exemples : je suis entrepreneur et je veux céder mon entreprise. Quel est le pays industrialisé du monde où je vais payer le moins d'impôt ? C'est la France, avec 23 % d'impôt sur les plus-values si je détiens mon entreprise depuis plus de 8 ans. Et si je veux transmettre mon entreprise à mes enfants : 5 à 7 % de fiscalité. Dans quel autre pays au monde cela existe ?".

Même chose sur la création d'entreprises : "On fait du bashing sur la France quand c'est chez nous que ça se passe. Sur les incubateurs et la création d'entreprise, on est premiers ! Quel est l'endroit du G20 où il est le plus facile de créer sa boîte ? En France, on crée une entreprise en 7 jours, contre 22 jours en moyenne dans les autres Etats du G20".

Avant de conclure en fustigeant ceux qui se plaignent de ne pas trouver de business angels pour investir dans leurs projets : " Les gens qui ne trouvent pas de capital, plutôt que de se demander si leur projet est bon, ils disent que c'est la faute de la France et que ce serait plus simple aux Etats-Unis". A bon entendeur...

En savoir +
- Xavier Niel, patron de Free, tient son temple numérique dans le 13e - Niel met 15 milliards de dollars pour racheter le 4e opérateur mobile américain - Xavier Niel rachète l'opérateur Monaco Telecom - Toute l'actualité de Free dans notre dossier spécial

Lire et commenter