Education numérique : le nouveau cheval de bataille des géants du high-tech

DirectLCI
ECOLE 3.0 – Depuis le lancement du Plan numérique pour l'éducation en 2015, la France, comme d'autres pays du monde avant elle, s'est lancée dans une course folle à l'équipement technologique des classes et l'accès facilité aux ressources numériques. Une bonne nouvelle pour les Google, Apple et autres Microsoft qui ont fait de l'éducation numérique leur nouvel eldorado.

S'inviter dans les salles de classe, dans les ordinateurs des étudiants, devenir un outil indispensable pour les professeurs, tout cela semble devenu une priorité pour les géants des technologies. De Google à Apple en passant par Microsoft, HP, Lenovo et de multiples startups, ils sont désormais nombreux à faire les yeux doux aux enseignants, aux élèves comme à leurs parents, afin de jouer les premiers rôles dans l’école de demain.


L'éducation 2.0 est une réalité depuis plusieurs années avec le déploiement progressif de tableaux numériques ou tablettes tactiles dans les classes et les cartables. En France, le lancement du Plan numérique pour l'éducation (PNE) en 2015 a donné un coup d'accélérateur au projet. D'ici 2019, pour que ces élèves soient "mieux préparés à être les acteurs de demain", le PNE a promis de tous les équiper d'une tablette individuelle. Encore faut-il mettre des programmes dedans et offrir de quoi faire progresser les enfants.

Des élèves plus captivés par l’école

Pour 2017, quelque 600.000 élèves de primaire et collège vont pouvoir en profiter. S'il est encore tôt pour en tirer des enseignements, les professeurs ont déjà noté des changements dans les attitudes : des élèves plus attentifs, plus motivés par l'utilisation d'outils modernes et qui progressent. La tablette permet aussi d'alléger les cartables en embarquant les manuels, de rendre les enfants acteurs de leur éducation avec davantage de ressources accessibles, un enseignement adapté au niveau de chacun et un rattrapage des cours facilité. Tout devient plus interactif et incite à la collaboration entre élèves. 


Du côté des améliorations possibles, il y a évidemment la formation des enseignants, la maintenance peu voire mal assurée du matériel, et des débits internet souvent loin d'être au top dans les établissements. Mais il y a aussi la question du contenu pédagogique intégré. Si l'Education nationale garde un oeil dessus, elle sait aussi s'appuyer sur les experts du connecté pour faire sa révolution. Pour faire entrer l'école dans l'ère du tout-connecté, il y a eu les MOOC, ces cours en ligne ouvert à tous qui permettaient de se former à distance grâce à des ressources éducatives mises à disposition. Pour les plus jeunes, la réflexion est la même et l’école de demain s’appuie sur ces réussites, ainsi que sur du matériel et des logiciels. Un univers que les géants de la Silicon Valley ne pouvaient laisser leur échapper. 

Les ténors du high-tech débarquent à l'école

Google

En lançant ses Chromebook -des PC portables à très bas prix (environ 200 €) sous système d'exploitation Chrome OS et nécessitant une connexion permanente pour ses documents-, Google ne s'attendait sans doute pas à connaître un tel succès dans les établissements scolaires. Aux Etats-Unis, ce sont plus de 6 millions de Chromebook qui ont fait leur entrée dans les classes en 2016. Et Google a aussi pris position dans l'éducation en proposant ses multiples fonctionnalités appliquées à l'école. Classroom, lancé en 2014, est une plateforme qui veut faciliter la communication entre professeurs et élèves. Cette suite d'outils maison (la messagerie Gmail, l'éditeur de documents Google Docs, espace de stockage Google Drive…) permet de miser sur la productivité et l'efficacité avant tout. Les élèves peuvent récupérer les cours, les copies corrigées, travailler à plusieurs sur un même exposé en l'alimentant à distance. Avec G Suite for Education, l'enseignant créé ainsi sa classe en distribuant des accès privés, gère ses cours et les devoirs, partage ses ressources, etc. Des outils qui offrent la possibilité de personnaliser au maximum son planning et ses cours selon les élèves ou la classe. 

G Suite for Education – Prix : gratuit - Chromebook

Microsoft

Faire facilement et simplement. Depuis longtemps, Microsoft a un pied dans les écoles en équipant les ordinateurs de ses différents systèmes d'exploitation (OS) Windows. Désormais, il y a même les tablettes Windows Education. Début mai, la firme de Redmond a dévoilé un nouveau Windows 10 S spécialement dédié aux enseignants et aux élèves (en remplacement de Windows 10 Pro). Cet OS ne donnera accès qu'à des applications validées par le store Windows et le programme Microsoft Education, utilisables dans un environnement Windows spécialement dédié aux apprentissages, plus rapide, plus simple et ultra sécurisé. Il est doté de modalités de collaboration en classe (des groupes Microsoft Teams pour discuter et échanger en ligne avec les élèves, les professeurs ou les parents; des fonctionnalités d'échange de cours ou partage de projet; Office 365 intégré). Et des PC portables spécialement équipés de Windows 10 S et à bas prix (à partir de 200 €) vont prochainement voir le jour avec l'objectif d'équiper un maximum de classes. La réponse de Microsoft aux Chromebook de Google. 

Windows 10 S – Prix : gratuit – Disponible cet été – PC sous Windows 10 S (Acer, HP, Fujitsu, etc.) : à partir de 200 €

Apple

Depuis plusieurs années, la firme à la pomme équipe différents établissements français d'iPad. La sécurisation du produit (seules peuvent être installées les applis de l'Apple Store) a fini de rassurer le corps enseignant. Un produit familier et attrayant pour les enfants ne fait pas tout et la société californienne a donc mis en place toute une batterie d'opération pour s'installer durablement sur les pupitres : une appli En Classe pour aider les enseignants à gérer leur classe et sa flotte d'iPad en service ; de multiples applications pour la musique, le dessin, les cours à façonner ; les enfants peuvent aussi apprendre à coder, tourner, monter des vidéos ou prendre des photos. Mais l’école se fait aussi hors les murs dans des cours proposés gratuitement via l'opération "Today at Apple" qui débutera courant mai (sessions gratuites proposées par des professionnels aux enfants dans les Apple Stores).

Today in Apple - Prix : gratuit

SQOOL, la réplique française

Au pays des géants de la technologie, un petit Français tente de se faire un peu de place au soleil. Déployé dans de nombreuses écoles depuis 2013, SQOOL a le soutien de l'Education nationale. Derrière ce nom à consonance anglo-saxonne, se cache la startup UNOWHY. Elle a créé une tablette tactile dédiée à l'école numérique et proposant un environnement ultra-sécurisé et clos pour la classe. Des applis éducatives, un accès à internet encadré, de multiples ressources (texte, vidéo, image, etc.) sont proposés afin de permettre aux enseignants de concocter leur cours et le faire vivre par les enfants.

En vidéo

Sqool, la tablette Made in France qui séduit les écoles

À l’instar de Microsoft qui a lancé sa Classe Immersive sur son campus français d’Issy-les-Moulineaux, UNOWHY propose dans ses locaux de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) une Nouvelle Classe. Ce lieu pédagogique met à disposition des enseignants et de leurs élèves tous les outils numériques pour les apprentissages de demain (écran tactile, tableau numérique, imprimante 3D, jouets ou logiciels pour apprendre à coder…). "Il ne faut pas créer des analphabètes du numérique", explique Jean-Yves Hepp, président-fondateur de UNOWHY. "Plus tôt on apprend aux enfants à se servir du numérique, mieux ce sera pour eux. Cela étend le champ des possibles, les capacités d’apprentissages". 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter