Google condamné pour un décolleté plongeant dans Street View

High-tech

CARTOGRAPHIE - Harcelée par ses collègues après avoir été prise en photo avec un décolleté qui en montrait un peu trop pour le compte du service Street View, une Canadienne a gagné son procès face à Google et obtenu un dédommagement.

Une photo qui en dévoile un peu trop, des collègues pas très malins et la souffrance d'une femme qui n'avait rien demandé. Elle s'est juste trouvée au mauvais endroit, au mauvais moment. Et dans la mauvaise tenue. Un certain vendredi 8 mai 2009, une jeune femme originaire de Montréal (Canada) était sur le porche de sa maison, tranquillement installée à regarder ses mais sur son smartphone. C'est à cet instant-là qu'une voiture de Google chargée de prendre la ville en photos pour son service Street View est passée par-là.

La Montréalaise a été immortalisée à son insu. Le hic est que, d'une manière ou d'une autre, ses collègues ont eu l'idée de consulter le mode Street View dans la rue où elle habitait et de la découvrir dans une tenue un peu trop légère. Ce jour-là, alors qu'elle se trouvait chez elle, la jeune femme portait en effet un décolleté assez plongeant. Cela a suffi pour qu'elle devienne l'objet de moqueries de ses collègues pas vraiment fins. Poussée à bout par les moqueries incessantes, elle a fini par démissionner.

1 580 euros de dédommagement pour le préjudice

"En plus des commentaires malveillants et l'humiliation qu'elle a subis au travail, la demanderesse, de façon particulière, a ressenti une atteinte importante à sa pudeur et sa dignité, deux valeurs auxquelles elle tenait et qui sont éminemment respectables", a estimé le juge montréalais, qui a condamné Google à verser environ 1 580 euros de dédommagement (2 250 dollars canadiens) à la jeune femme, explique le Journal de Montréal . De son côté, Google estimait qu'elle s'était elle-même exposée dans cette tenue de manière visible depuis la rue. Un point de vue qui n'a pas convaincu.

In fine, même si le géant américain a accepté de flouter la maison - et son habitante - depuis 2011, le procès vient de donner raison à la plaignante. Le juge a conclu qu'il y avait non seulement atteinte à la vie privée, mais aussi atteinte au droit à l'image (dont la protection de la dignité de la personne, de son honneur et de sa réputation). Une pierre de plus dans le jardin de Google Street View.

En savoir +
- REPORTAGE - Street View : comment Google photographie la planète
- Google Street View épinglé par la Cnil
- 145 000 euros d'amende en Allemagne pour Google Street View
- Photographié en train d'uriner, il attaque Google

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter