Google dévoile Meena, un "chatbot" presque humain

Meena, le nouveau robot conversationnel de Google
High-tech

CLAVARDAGE - Les chercheurs de Google lèvent un coin du voile sur un nouveau robot conversationnel. Baptisé Meena, ln robot comprendrait mieux que tous le contexte d'une conversation, pour répondre avec une précision et une sensibilité presque humaines.

Ils existent depuis des dizaines d'années, mais peinent toujours à convaincre. Eux, ce sont les robots conversationnels, les chatbots, ces logiciels plus ou moins intelligents, à mesure qu'ils deviennent capables de répondre à vos questions, de comprendre vos requêtes. On en trouve partout, en ligne, en première ligne du service client.

Si l'on ne confie pas aux chatbots des tâches qui demandent trop de jugeotte, ce n'est pas forcément pour privilégier l'humain, mais juste parce qu'ils n'en sont pas capables. Capables de détecter des mots-clé, de suivre un script de conversation simple, les chatbots sont aujourd'hui utilisés comme une rustine logicielle, comme un premier contact, avant de passer la main à un support bien humain. Mais cela pourrait changer.

Meena, sensible, et sensée

Ce que les chercheurs en intelligence artificielle de Google viennent de dévoiler, ce sont leurs travaux sur un chatbot qui ne serait plus spécialisé, un robot capable de parler de la pluie et du beau temps, de tenir compte d'échanges précédents, un robot généraliste comme doté d'une culture générale. Pour ce faire, le logiciel est allé lire les interactions, les bavardages d'humains véritables. Il a dû décoder des conversations accessibles sur les réseaux sociaux, un fichier de 340 gigaoctets de texte, six fois le volume écrit de Wikipedia. But avoué : faire grimper son score sur deux qualités très humaines.

Lire aussi

D'un côté, la spécificité. Depuis leurs débuts, les chatbots entretiennent la conversation par des questions, ou par des réponses très générales, façon de cacher leur compréhension limitée d'une réponse ou d'une requête de leur interlocuteur. Ici, Meena n'a pas de réponses équivoques, évite les questions rhétoriques, et reste bien dans le sujet de la conversation. Autre indicateur : le sens, la raison, la capacité à avoir des réponses judicieuses. La combinaison des deux indicateurs donne un score, baptisé SSA, où Meena atteint 79%, très loin devant les 56% du meilleur des chatbots précédents, et pas loin des 86% de la moyenne des scores d'interlocuteurs humains.

Bientôt dans votre assistant vocal

Toute l'info sur

Jusqu'où ira l'intelligence artificielle ?

Si Meena n'est encore qu'un projet de recherche, et pas un produit, ses auteurs ne s'étendent pas sur les applications possibles, mais elles sont nombreuses. Le supplément d'âme de Meena pourrait aller doper l'humanité des chatbots spécialisés utilisés aujourd'hui. On voit surtout comment Google pourrait sans trop d'efforts intégrer les capacités de Meena dans son propre Google Assistant, sur mobile et dans toutes ses enceintes connectées, pour les rendre plus bavardes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent