Google et le Cnes misent sur des ballons pour offrir Internet à la planète entière

High-tech
INTERNET - Google continue à avancer sur son projet "Loon", des ballons installés en altitude pour diffuser un accès Internet sans fil à toute une région. Pour cela, il vient de s'allier avec le Cnes, l'agence française de l'espace.

Un projet gonflé. En juin 2013, Google présentait son projet "Loon" (de "Balloon", ballon en anglais) qui consiste à proposer une connexion Internet sans-fil dans des régions où manquent des infrastructures grâce à des ballons avec antennes-relais installés en altitude. Aujourd'hui, le géant américain annonce la signature d'un partenariat avec le Cnes, l'agence spatiale française, pour avancer plus vite dans ce domaine.

Il faut dire que le Cnes (Centre national d'études spatiales) a pris l'habitude depuis plus de 50 ans d'envoyer des ballons stratosphériques gonflés à l'hélium entre 10 et 40 km de la Terre afin d'explorer ces couches de l'atmosphère inaccessibles aux satellites. Depuis 1962, plus de 3 500 ballons ont ainsi été envoyés dans les airs par l'agence. Une expertise qui ne pouvait qu'intéresser Google.

Google Loon : couvrir la planète d'un Internet sans fil gratuit

Afin de couvrir ces "zones blanches", Google et le Cnes vont "partager des ressources, des expériences et des recherches en matière de ballons stratosphériques". "Plus de 5 milliards d'êtres humains ne sont pas connectés. L'objectif des Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) est de connecter tout le monde. Pour cela, ils explorent trois pistes : les satellites, les ballons et les drones", a déclaré Jean-Yves Le Gall, président du Cnes, au Figaro à paraître aujourd'hui, jeudi 11 décembre.

Quel est le calendrier de déploiement de ce projet ? Dès l'année prochaine, les premiers ballons stratosphériques devraient être placés dans le ciel un peu partout dans le monde et être activés au-delà de l'actuelle phase de test. En Nouvelle-Zélande en juin 2013, 30 ballons avaient été envoyés dans les airs pour expérimenter le projet puis une autre phase test a inclus 300 autres modules.

Des ballons capables de fournir un accès Internet sur une surface de 1250 km²

Un an plus tard, un de ces ballons a chuté dans la mer et… créé la panique auprès des habitants à proximité qui ont cru qu'un avion s'était écrasé . Mais la plupart dérivent sans difficulté autour de la Terre. L'un d'eux a déjà fait trois fois le tour de la Terre (plus de 78 000 km) et poursuit son aventure.

Chaque ballon - qui mesure 12 mètres de haut et est constitué de polyéthylène, puise son énergie de capteurs solaires pour alimenter l'antenne-relais qu'il embarque. Il peut, en théorie, fournir un accès Internet sur une surface de 1 250 km² autour de lui (environ deux fois la surface de New York). Cela est fonction des aléas météorologiques et des obstacles terrestres (montagnes, etc.). Plus que jamais, Google croit donc au projet Loon… mais a besoin de l'expertise française pour rendre plus fiables ses ballons stratosphériques.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter