Grâce à l’impression 3D, cet Américain a pu recevoir une nouvelle mâchoire

Grâce à l’impression 3D, cet Américain a pu recevoir une nouvelle mâchoire
High-tech
DirectLCI
SANTE – Victime d’un cancer de la langue, cet Américain revît depuis qu’il a reçu une nouvelle mâchoire imprimée en 3D. Époustouflant.

De nos jours, l’impression 3D est régulièrement utilisée en médecine, et les prouesses de cette technologie témoignent déjà son incroyable potentiel. Victime d’un cancer de la langue, il y a 18 ans, Shirley Anderson revit. Après des mois de radiothérapie, cet Américain vivant dans l’Indiana a dû être amputé d’une partie de sa mâchoire. 

Habituellement, dans ce genre de situation, le patient se voit fabriquer une prothèse en argile, pour remplacer la partie qui a été retirée avec la tumeur. Malheureusement, dans la majorité des cas, ces dispositifs médicaux sont mal adaptés à la morphologie du patient et donc particulièrement inconfortable pour le patient, rapporte le site américain Gizmodo .

Au point que M. Anderson était incapable de porter sa prothèse plus de quelques heures par jour. Pour remédier à cela, le docteur Travis Bellicchi de l’Université de l’Indiana, expert en réparation maxillo-faciale, s’est tourné vers l’impression 3D, qui permet dorénavant de réaliser des prothèses sur-mesure, et à moindre coût.

"Une nouvelle oreille en seulement six semaines"

Pour modéliser la future prothèse de M. Anderson, l'équipe de médecins a réalisé un scanner en 3D de son visage, afin qu’elle soit le mieux adaptée à la morphologie de sa mâchoire. Et le résultat est pour le moins époustouflant. D’autant qu’à la différence des autres techniques utilisées habituellement, cette nouvelle méthode permet de réaliser une prothèse sur-mesure en un temps record.

Pour preuve : les médecins ont déjà reproduit cette technique sur six autres patients, permettant notamment à l’un d’eux de recevoir une nouvelle oreille en seulement six semaines. "Notre volonté d’utiliser des matériaux traditionnels tient au fait qu’ils sont prévisibles, biocompatibles, qu’ils ont déjà été éprouvés et que nous savons comment faire pour qu’ils paraissent très naturels", explique le Dr Bellicchi sur le site de l’Université de l’Indiana.

A LIRE AUSSI
>> Quand l'impression 3D sauve la vie de trois bébés malades
>>  Un cœur imprimé en 3D lui sauve la vie 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter