HTC Desire 816 et 610 : les smartphones de la reconquête ?

HTC Desire 816 et 610 : les smartphones de la reconquête ?

DirectLCI
MOBILE WORLD CONGRESS - Alors que la majorité des autres constructeurs insistent sur le haut de gamme, HTC a choisi de présenter deux modèles plus abordables, mais surtout très stratégiques pour la marque. En attendant de possibles montre ou bracelet connectés

HTC veut aussi séduire les clients d’abonnements sans engagement. Après avoir réinvesti le haut de gamme l’année dernière grâce à ses smartphones One (qui ont reçu à ce MWC le prix du meilleur modèle de 2013), le taïwanais va décliner cette année son milieu de gamme. Sur le salon, il a ainsi présenté le Desire 816 (5,5 pouces) et le Desire 610 (4,5 pouces).

Pour François Hernadez, directeur marketing de HTC France, l’idée est « d’apporter sur des téléphones plus abordables, les innovations proposées sur le One ». On retrouve ainsi sur les deux modèles la 4G, les deux enceintes en façade (confortable pour visionner films ou clips) et l’application Bllink Feed qui agrège contenus informatifs et réseaux sociaux. Du côté esthétique, l’ensemble fait penser à la coque en plastique de l’iPhone 5c, sans toutefois avoir l’impression d’une finition au rabais.

Les bracelets connectés en ligne de mire

Le Desire 816 embarque un processeur Qualcomm Snapdragon S400 cadencé à 1,6 GHz et 8 Go d’espace de stockage. Ses capteurs photos proposent 13 mégapixels et 5 en façade. Pour le 610, ils se limitent à 8 et 1,3 mégapixels. Une configuration plutôt honnête pour des prix respectifs de 379 et 299 euros. La gamme sera certainement étoffée vers le bas dans le courant de l’année, « mais nous voulons à chaque fois proposer le meilleur produit sur chaque segment de prix », précise François Hernandez.

Sans service de contenus associé, comme peuvent le proposer Sony ou Nokia sur leurs mobiles , HTC joue plutôt la carte de l’insertion dans un écosystème. « Pioneer propose par exemple un système audio sur lequel l’utilisateur peut écouter sa musique simplement en faisant glisser trois doigts vers le haut de l’écran, il n’a pas à se soucier de la manière de connecter les deux appareils entre eux », détaille François Hernandez.

HTC est également membre du consortium MirrorLink qui regroupe plusieurs constructeurs d’électronique et de voitures, tels que Volkswagen ou PSA. « Grâce à ce système, on peut accéder via l’écran de son tableau de bord aux fonctionnalités et contenus de son smartphone explique-t-il. Dernier chantier, les bracelets connectés : « C’est un marché qui nous intéresse, mais nous n’y viendrons qu’en proposant quelque chose de vraiment différent de la concurrence », prévoit le responsable. En attendant, HTC espère faire avec ses Desire aussi bien que le One dont les ventes avaient augmenté de 43 % en 2013.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter