Huawei, le portable chinois qui veut détrôner Apple et Samsung

High-tech
SMARTPHONES – Fort du succès d'estime de son précédent smartphone haut de gamme Mate 8, Huawei a dévoilé cette semaine deux successeurs, le Mate 9 et le Porsche Design Mate 9. Deux appareils parmi les plus puissants du marché qui montrent toute l'étendue du savoir-faire d'un fabricant chinois aux grandes ambitions et à la notoriété croissante.

Derrière Apple et Samsung, le troisième larron du marché mondial des smartphones a souvent changé. Il y eut longtemps Sony. Puis HTC eut son temps de gloire avec son One (M8), suivi par LG et son G3 avant qu'un nouveau candidat ne vienne se mêler à la danse. Désormais, le dernier membre du podium en chiffre d'affaires –et pratiquement aussi en notoriété- se nomme Huawei. Depuis plusieurs années et autant de sorties de produit marquantes (de l'Ascend Mate géant au photophone P9 en passant par l'endurance du Mate 8 ou la finesse du P6), le fabricant chinois fait son chemin vers le seul rang qu'il vise : la première place.


Une stratégie assumée. Lors de ses conférences de présentation de produits, le patron Richard Yu n'a de cesse d'émettre des comparaisons avec ses rivaux américain et coréen pour montrer à quel point le fossé se réduit, voire que Huawei prend les devants. Une attitude agressive ? Non, offensive ! Car s'il y a de légitimes ambitions, il n'y a aucune animosité. Même lorsque le PDG de Huawei se moque gentiment des déboires du Galaxy Note 7 de Samsung en disant qu'avec le nouveau Mate 9, présenté jeudi à Munich, il n'y aura aucun souci explosif… car la firme a prévu cinq niveaux de sécurité.


"J'ai toujours vu des comparaisons avec nos concurrents dans nos conférences", souligne Vincent Vantilcke, directeur Marketing de Huawei France. "Ce qui change, ce n'est pas notre approche, c'est le regard des gens sur nous. Aujourd'hui, nous touchons plus de monde. Nous sommes l'acteur numéro trois dans le monde, un acteur qui compte. C'est intéressant de voir que nous sommes passés de produits d'entrée de gamme à des smartphones très haut de gamme aujourd'hui et que tout cela modifie l'image qu'on les gens de nous."

"Se comporter comme celui qu'on veut être"

Il faut dire que Huawei ne lésine pas sur les produits. Rien qu'en 2016, la firme a sorti pas moins de quatre smartphones à tous les prix, du Nova à 349 € au Mate 9 (699 €) en passant par le P9 (549 €). On est désormais loin des appareils que la marque sortait en marque blanche il y a encore quelques années ou de ceux d'entrée de gamme pour quelques centaines d'euros mais dont la qualité était appréciée ses premiers utilisateurs. "J'ai aussi vécu la période où nous sortions des smartphones de très bonne facture à prix un peu plus élevé qu'au début et où les gens se demandaient comment et pourquoi on osait faire ça", se rappelle Vincent Vantilcke. "Mais à chaque fois, on a surpris ! J'ai toujours envie de dire qu'il faut se comporter comme celui qu'on veut être demain."


Pour atteindre son but, Huawei s'en donne les moyens en visant toujours plus haut et dans tous les sens, mais de manière parfaitement étudiée. Dans la même année, la marque a ainsi été capable de sortir en janvier un Mate 8 salué pour ses performances et son autonomie incroyable (jusqu'à 2 jours en utilisation normale) et un smartphone P9 avec double capteur photo ainsi qu'un Nova performant pour un public plus jeune après avoir, par le passé, innové avec du lightpainting (images avec effets de lumière), dégainé des montres connectées ou des tablettes puissantes tournées vers la vidéo et l'audio. 

De la technologie de pointe et les meilleurs partenaires

"Ce que fait Huawei depuis plusieurs années a surpris à chaque étape. On signe aussi des partenariats qui font sens avec des acteurs prestigieux dans des domaines différents (Harman Kardon, Intel, Leica, Swarovski ou encore Porsche)", avance Vincent Vantilcke, ne manquant pas de rappeler que Huawei consacre 15% de son chiffre d'affaires annuel à la Recherche et au Développement.  


Et d'ajouter : "On met le meilleur de la technologie innovante et la qualité y est. On l'a prouvé depuis des années et on est inattaquable sur le sujet." Une façon d'anticiper peut-être les critiques qui pourraient être faites au Mate 9, conçu en partenariat avec Porsche Design. Un smartphone très haut de gamme, puissant et performant au design de verre et de métal très travaillé, mais qui affiche 1 395 € sur la facture. "On apporte de la technologie et on n'a pas peur de la vendre au prix auquel elle doit être vendue. Donc ça ne me choque pas d'avoir un produit à près de 1 400 €", conclut Vincent Vantilcke sur le suejt. Il faut dire que Huawei a déjà agi ainsi par le passé en proposant un Mate 8 aux couleurs du Paris Saint-Germain et vendu en édition limitée également dans un écrin collector en forme de Tour Eiffel, le tout à 1 500 €.

Mais Huawei sait qu'il peut désormais se le permettre sans choquer plus que cela. "Nous véhiculons l'image d'une société qui innove. C'est notre travail sur la marque", nous explique-t-on chez l'ambitieux chinois, que l'on pourrait trouver parfois encore bien trop sage. Mais cela semble marcher et la renommée se fait petit à petit, mais solidement, grâce à un sans-faute dans les smartphones proposés. Le cabinet d'études GfK a même récemment estimé que Huawei touchait désormais plus de CSP+ dans ses ventes qu'Apple. Alors on peut rouler des mécaniques côté asiatique et enchaîner les comparatifs avec le Samsung Galaxy S7 moins rapide en exécution, le double capteur photo du Mate 9 plus performant que celui de l'iPhone 7 Plus en basses lumières, sans que plus personne ne trouve désormais à s'amuser de tant d'hardiesse. 


Comme on se plaît à le répéter chez Huawei, ce n'est pas la marque qui a changé. "Forcément, si la clientèle change, c'est aussi parce que le regard a changé sur Huawei", sourit le responsable marketing. "Et tout cela mis bout à bout fait qu'aujourd'hui, on montre qu'on a fait ce qu'on a dit. De surprise, on passe du coup à légitime". Sera-ce suffisant pour faire vaciller Apple et Samsung qui détiennent encore à eux deux les trois quarts du marché ? Huawei y croit et entend bien continuer à s'en donner les moyens.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter