Il commande un ordinateur sur eBay... et reçoit la photocopie de sa photo

Il commande un ordinateur sur eBay... et reçoit la photocopie de sa photo

DirectLCI
INSOLITE - C'est ce qu'on appelle une belle arnaque. Un Britannique a déboursé 300 livres (400 euros) pour recevoir un bout de papier en lieu et place du Macbook qu'il pensait avoir commandé.

Il pensait avoir fait une bonne affaire, il finit dindon de la farce. Après avoir remporté des enchères sur eBay, le Britannique Paul Barrington, 38 ans, était tout excité à l'idée de recevoir un ordinateur portable Apple de type MacBook, certes usagé mais encore en bon état. A 300 livres l'appareil (400 euros), il pouvait. Mais c'était sans compter sur la fourberie du vendeur. Car en lieu et place d'un ordinateur rutilant, l'homme a reçu… une feuille de papier. Dessus était imprimée la photo de l'ordinateur. Mais de Macbook… point ! 

La photocopie de l'ordinateur envoyée dans une petite boîte

Paul Barrington s'est méfié lorsqu'il a reçu le paquet : une petite boîte carrée, d'une dizaine de centimètres de côté, particulièrement légère. Difficile d'imaginer qu'un ordinateur puisse y loger. Le colis ne contenait en effet que la photocopie, noir et blanc, de l'appareil. "Le colis était léger comme une plume, a-t-il expliqué à Metro UK . Pourquoi s'embêter à envoyer la photocopie du produit dans une boîte ? Cela n'a aucun sens. J'en ai presque rigolé." Il est vrai que si le vendeur est un charlatan, il ne manque pas d'humour.

Paul Barrington n'en revient pas de s'être fait avoir de cette manière. D’autant plus qu'il a été forcé de vendre sa planche de surf pour financer l'achat de cet ordinateur. Et qu'il pensait, à l'aide de celui-ci, se lancer dans une nouvelle carrière : DJ de mariage. En participant à l'enchère autour du MacBook, l'homme estimait pourtant avoir pris ses précautions : le vendeur était inscrit depuis plusieurs années sur eBay. Visiblement, cela n’a pas suffi. Une réclamation a été déposée auprès du site d'enchères. Une enquête va être lancée pour vérifier s'il peut prétendre à un remboursement. En attendant, faute de pomme, notre Britannique n'a plus un radis… et a l'impression qu'on l'a pris pour une bonne poire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter