VIDÉO - L’iPhone a 10 ans : retour sur l’histoire de la réinvention du téléphone mobile par Apple

DirectLCI
HISTOIRE - Il y a tout juste 10 ans, Steve Jobs présentait le premier iPhone. Avec lui s'ouvrait l'ère des smartphones, un objet technologique devenu incontournable dans notre quotidien.

Le 9 janvier 2007, Steve Jobs dévoilait aux yeux du monde entier l’iPhone, lors d’une conférence au Moscone Convention Center de San Francisco aux Etats-Unis. Un téléphone à la fois entièrement tactile mais aussi intelligent. Du Jamais-vu ! L’ère des smartphones était ouverte, et tous les autres modèles de téléphones portables, de Nokia à Samsung en passant par BlackBerry, renvoyés à la préhistoire.  


Pour l'anecdote, le modèle qu'utilise alors sur scène le patron d'Apple n’était pas opérationnel. Les bugs étaient nombreux et personne dans les médias ne comprenait la folie qui entourait le produit. Il ne sera finalement commercialisé aux États-Unis qu'à partir du 29 juin 2007, étant ausstôt élu "invention de l'année" par le magazine Time. Il faudra encore attendre l'automne de la même année avant qu'il n'arrive en France, au prix de 536 euros. 

Comme la plupart des inventions d’Apple, ce n’est pas une vision mais plutôt un calcul commercial qui a lancé l’histoire de l’iPhone. En 2005, l’iPod avait devancé le Mac en devenant la plus grande source de revenus d’Apple, mais le baladeur qui avait sauvé la marque se voyait alors confronté à une menace de plus en plus précise : le téléphone mobile. Au milieu des années 2000, tout le monde ou presque en possédait un.


Le jour où l’un de ses concurrents serait capable de lui faire diffuser de la musique de façon simple et ludique, "l’iPod pourrait devenir inutile", s'était inquiété le patron d’Apple devant son conseil d’administration. Heureusement pour la marque, la majorité des téléphones portables sur le marché au milieu des années 2000 était loin de casser la baraque. 

Apple tue le stylet en inventant les gestes tactiles

Les plus basiques ne faisaient guère davantage que passer des appels, et plus on y ajoutait de fonctions, plus l'appareil devenait complexe à utiliser. Il fallait passer par un nombre incalculable d’écrans et de menus. Et pour cause : les téléphones portables de l’époque ne disposaient pas d’une bonne méthode de saisie. La plupart possédaient des touches physiques, qui s’avéraient insupportables pour naviguer dans l'interface.


Il existait bien des téléphones avec écran tactile. Toutefois, ils ne savaient pas détecter l’impact des doigts. Il fallait donc utiliser un stylet, et avoir deux mains libres : une pour tenir le téléphone, l’autre le stylet. Les équipes d’Apple ont compris rapidement que la manière la plus simple de palier à ce défaut était d’inventer des gestes tactiles, une technologie encore balbutiante à cette époque. 

Surfer sur Internet de manière plus fluide

"L’interface est meilleure que sur n’importe quel autre téléphone - smartphone ou non - actuellement sur le marché, il est simplement fun à utiliser", écrivait en janvier 2007 sur son site internet le média américain spécialisé ArsTechnica. A l’instar du fameux pincer-pour-zoomer ou du glisser-pour-déverrouiller, qui vont littéralement révolutionner la manière de naviguer dans le menu des téléphones portables.


Le tout premier modèle d'iPhone utilisait une modeste connexion 2G, offrait un espace de stockage de 16 Go et  un appareil photo 2 mégapixels. Il n’avait pas encore de magasins d’applications, son fameux AppStore, qui sera lui lancé l’année suivante. Mais à l’époque, tout ce qui intéressait les gens, au-delà de l’aspect gadget ultra-moderne véhiculé par Apple, c’était l’expérience du web qu’offrait le téléphone. Il permettait enfin à son utilisateur de surfer sur Internet de façon plus fluide.

Un milliard d'iPhones vendus à travers le monde

Le 28 juillet dernier, la marque à la Pomme a annoncé la vente de son milliardième iPhone. Il représente aujourd’hui près des deux tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise. L’année qui débute est particulièrement importante pour Apple. La marque à la Pomme devra en effet prouver qu’elle est encore capable de bouleverser l’industrie de la téléphonie, alors que son chiffre d’affaires a baissé en 2016 pour la première fois en dix ans. 

En vidéo

L'iPhone 7, un smartphone (un peu) français

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter