Instagram : parents, voici comment bien accompagner vos enfants sur le réseau social

Instagram : parents, voici comment bien accompagner vos enfants sur le réseau social

High-tech
DirectLCI
MODE D’EMPLOI – Les réseaux sociaux, et notamment Instagram, sont devenus les lieux préférés de plus en plus d’enfants, mais aussi un sujet d’inquiétude pour de nombreux parents qui craignent d’y laisser leur progéniture y gambader sans surveillance. Les accompagner dans leurs premiers pas numériques peut être aussi rassurant pour les petits comme les grands.

Plus connectés que jamais, les plus jeunes veulent multiplier leur présence sur les réseaux sociaux. Facebook, WhatsApp, Snapchat, YouTube ou encore Instagram leur servent à retrouver leurs amis, échanger, se faire aimer, féliciter… C’est souvent avec des étoiles dans les yeux et des rêves de popularité (notoriété ?) qu’ils cherchent à s’y inscrire. A travers les réseaux, l’enfant cherche aussi à se construire une identité sociale et cela passe par une exposition de soi dont il ne maîtrise pas toujours les conséquences possibles sur son présent et même son avenir.


Partage de photos de vacances, du quotidien, des amis ou tout simplement pour suivre leurs stars préférées, ils raffolent notamment de ce nouvel espace de créativité et d’expression que représente Instagram. En partenariat avec l’association e-Enfance, le réseau de partage de photos a donc récemment publié un guide des bonnes pratiques à destination… des parents. Car il est important que ceux-ci soient présents pour accompagner leurs enfants dans leurs premiers pas numériques et les aident à aborder certains sujets.

Instagram oui, mais dès quel âge ?

Il faut savoir que les réseaux comme Facebook ou Instagram demandent que l’utilisateur ait au moins 13 ans. Mais cela est facile à contourner en mettant n’importe quelle année de naissance, puisque aucune pièce d’identité n’est pour le moment demandée. Instagram peut cependant supprimer à tout moment un compte signalé ou s'il découvre que l’utilisateur n’a pas l’âge minimal requis. 


Alors, plutôt que votre enfant ne s’inscrive dans votre dos, encadrez-le avec quelques conseils. Cela commence par l’utilisation d’un mot de passe fort, qu’il vaut mieux ne jamais partager (ou éventuellement avec ses parents). Conseillez-lui d’opter pour un pseudo (autorisé sur Instagram) et d’éviter toutes informations inutiles, même si elles lui sont demandées (numéro de téléphone, adresse, mail, localisation, etc.), car sa fiche est accessible à tous les utilisateurs. Et puis, n'ayez pas peur qu'il y passe trop de temps. Il y a désormais une fonctionnalité pour gérer son temps d'usage depuis l'appli ou via Temps d'écran sur iOS 12.

La sécurité avant tout

L’enfant rêve d’avoir plein de "followers", preuve chiffrée de son "importance" pour le monde qui l’entoure. Expliquez-lui que sa sécurité passe avant tout et que la quantité est souvent l'ennemie de la qualité. Sur un compte public, n’importe qui peut venir voir les photos de sa virée avec ses copains ou de sa vie privée. Quant à ses "amis" Instagram, apprenez-lui à faire le tri, à repérer ceux qui n’ont pas un comportement amical (messages haineux, insultes…), ceux qu’il ne connaît pas et qui tentent de l’approcher. Via Instagram Direct (messagerie privée), il peut d’ailleurs partager du contenu avec un maximum de 14 personnes alors que tous ses "followers" peuvent voir ses publications ou consulter ses stories.


Il est néanmoins possible sur Instagram d’ouvrir un compte en privé, cela signifie que toute personne voulant accéder à son compte doit en faire la demande. Si vous avez un compte Instagram, vous pouvez aussi ajouter le sien pour superviser le tout, notamment s’il est particulièrement jeune. Vous recevrez alors aussi les demandes d’accès (allez dans les paramètres de votre compte, scrollez tout en bas jusqu’à "Connexion/Ajouter un compte" et rentrez les coordonnées).

En vidéo

ARCHIVES - Au siège d’Instagram, c'est un peu le parc d’attractions : visite guidée

Le danger, c’est les autres (mais pas que)

Sur n’importe quel réseau, le danger est souvent lié aux autres utilisateurs, camarades de classe, ‘amis’ malintentionnés ou internautes malveillants. Les cas de harcèlement en ligne sont légion et il est important d’expliquer à l’enfant le respect  des règles d’utilisation d’Instagram, pour lui comme vis-à-vis des autres. Il ne doit surtout pas hésiter à signaler un mauvais comportement ou une publication abusive, qu’il en soit la victime ou non. Ce signalement est anonyme et ne sert qu’à le porter à l’attention d’Instagram. 


Les contenus envoyés par des utilisateurs qui ne figurent pas dans ses contacts tombent dans un dossier "Demandes" jusqu’à ce qu’il approuve le contact. Il est aussi possible depuis les paramètres de bloquer des comptes qui l’importuneraient. En cas de cyber-harcèlement, il existe un numéro vert Net Ecoute 0800 200 000. C’est un service gratuit, anonyme et confidentiel.

En vidéo

Instagram : comment le réseau social leur a permis de transformer leur passion en business

A l'opposé, il faut échanger sur les responsabilités de bon comportement qui vont être les siennes. Il doit comprendre qu’il y sera encore plus à nu sur Instagram que dans la réalité. Car chaque contenu publié est une part de lui, une image qu’il donne de ses centres d’intérêt, de ses goûts et de son possible comportement tel qu’il sera perçu par d’autres. 


L’accompagner est aussi une question de confiance mutuelle. Expliquez-lui que vous ne serez pas là pour le fliquer, mais l’épauler si besoin. Et puis, si vous n’y connaissez pas grand-chose en réseau social photo, n’hésitez pas à lui demander. Il sera ravi de vous éclairer et vous pourrez ainsi en profiter pour jeter un œil à ses avancées…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter