"Shadow of The Tomb Raider" : une Lara Croft plus sombre et plus mature que jamais

High-tech
DirectLCI
JEU VIDÉO - Lara Croft est de retour dans "Shadow of the Tomb Raider", dernier volet de la trilogie de jeunesse de la célèbre aventurière. Après avoir déclenché l'apocalypse, elle va devoir apprendre à s'ouvrir aux autres et à écouter afin d'assouvir sa soif de vengeance. Un épisode de la maturité qui marque le passage à l'âge adulte de l'une des héroïnes les plus populaires du jeu vidéo.

Si vous en étiez resté à l'héroïne nattée en minishort et débardeur, vous avez quelques épisodes de retard. Ou bien d'avance sur la trilogie relancée il y a cinq ans et qui revient aux origines du jeu Tomb Raider. L'avènement d'une Lara Croft plus jeune, qui veut venger son père tué par une mystérieuse organisation et marcher sur ses pas. Voilà le concept du "Reboot" de Tomb Raider initié en 2013 par le studio Crystal Dynamics, épaulé par les Québécois d'Eidos Montréal pour le volet suivant Rise of The Tomb Raider. Et ce sont ces derniers qui ont pris la main pour ce nouvel épisode, Shadow of The Tomb Raider, désormais disponible sur PS4, Xbox One et PC.

"Quand l'équipe originelle a eu l'idée du reboot et de revenir aux origines de Lara, on savait qu'il y aurait trois volets. On savait d'où on partait et où on allait", nous explique Fleur Marty, productrice de Shadow of the Tomb Raider (SOTTR). "En revanche, les détails de chacun des épisodes ont été pensés à chaque création". Il a fallu plusieurs années de développement pour boucler la dernière sortie de Lara Croft, lancée aux trousses des Trinitaires et toujours prompte à découvrir des trésors. "On voulait que l'ensemble s'apparente à une quête initiatique. Le premier volet, le reboot Tomb Raider, c'était Lara l'enfant, naïve. Dans Rise of the Tomb Raider, on a plutôt à faire à une Lara adolescente et Shadow serait son passage à l'âge adulte", ajoute Fleur Marty, qui est intervenue sur le dernier volet avec une certaine liberté pour donner vie au jeu. 

Donner vie à une icône : "excitant et effrayant"

Apparue pour la première fois en 1996, Lara Croft est rapidement devenue un des personnages les plus populaires du jeu vidéo et un membre à part entière de la pop culture des années 1990. De quoi mettre un peu de pression sur les épaules des équipes qui ont eu à visiter et donner vie à la jeunesse de la plus célèbre des pilleuses de tombes. "C'est effrayant et excitant à la fois", reconnaît la productrice du jeu. "C'est un énorme challenge et une responsabilité car c'est une icône qui rayonne au-delà du jeu vidéo. Plein de gens qui n'ont jamais joué au moindre jeu vidéo connaissent Lara Croft. Et ceux qui y ont déjà joué ont des idées très arrêtées sur ce qu'elle doit être, doit faire". Autant dire que reprendre les fondamentaux de la saga, inventer une genèse à sa vie d'héroïne sans trahir son aura s'apparente autant à "une opportunité fabuleuse" qu'à "un sacré défi à relever". "Mais cela ne m'a pas traversé l'esprit de dire non", martèle Fleur Marty.


Shadow of the Tomb Raider fait donc arriver la jeune Lara à l'âge de la maturité, et le jeu également. "Dans SOTTR, elle est physiquement prête à devenir une aventurière aguerrie. Elle est à l'apogée de ses compétences physiques, prête à affronter tous les dangers. Mais elle n'en est pas là émotionnellement", résume Fleur Marty. C'est avant tout ce cheminement émotionnel, à travers l'Amérique du Sud, que Lara va devoir accomplir. La jeune fille impulsive du début du jeu, incapable de résister à l'envie d'attraper une dague antique et déclenchant ainsi l'apocalypse, va devoir apprendre à se connaître, à mûrir et à faire confiance aux autres. Pour la première fois, elle trouve d'ailleurs sur sa route un ennemi, le docteur Dominguez, "aussi intelligent, mais plus posé et plus sage qu'elle".

Une jeu plus sombre et plus mature

Pour accompagner ce passage de l'adolescence à l'âge adulte, les créateurs n'ont pas voulu se contenter de cinématique entre deux scènes de combat et déployer des moyens d'impliquer davantage le joueur dans le scénario. Lara, loup solitaire, va devoir multiplier les interactions avec la population pour recueillir des indices et progresser dans l'histoire. Elle va aussi apprendre à mettre de l'eau dans son vin, se montrer plus empathique et agréable. Des progressions que les fans retrouvent dans leur façon de jouer, qui va devenir plus aisée et moins hésitante manette en mains. 


L'ambiance du jeu concourt également à donner une impression d'évolution progressive et de maturité. Shadow of The Tomb Raider s'avère plus sombre que les épisodes précédents et l'on s'enfonce dans les grottes ou sous l'eau plus qu'on ne voit vraiment la lumière. La jungle est un terrain de jeu privilégié qui bénéficie d'ailleurs de deux nouveautés dans le gameplay : le camouflage pour infiltrer les lignes ennemies plus facilement; L'arrivée du grappin qui permet plus de verticalité et de monter ou descendre entre les montagnes, les arbres ou au cœur des tombes. 

Si vous rêviez d'un nouvel opus révolutionnaire, vous risquez de rester sur votre faim. Si vous étiez déjà fan ou que vous allez découvrir Tomb Raider pour la première fois (la possibilité d'adapter les difficultés selon la catégorie rend le jeu encore plus accessible), vous ne bouderez pas votre plaisir. Ce SOTTR boucle la trilogie en restant fidèle à l'atmosphère créée depuis le reboot et, en cela, c'est fort agréable. L'histoire est prenante, les graphismes toujours aussi bluffants et immersifs (notamment en 4K). Une Lara Croft fidèle à sa réputation, ses démons et à nos attentes avec ses pièges à éviter, ses combats haletants (même contre un tigre), ses tombes à piller et ses puzzles à réussir. Vous en oublierez même les quelques crises de nerfs qui vous attendent avant de devenir un bon pilleur de tombes.

En vidéo

Shadow of The Tomb Raider : 5 astuces pour bien débuter le jeu

SHADOW OF THE TOMB RAIDER – Un jeu Square Enix/Eidos Montréal – Disponible sur PS4, Xbox One et PC – PEGI 18

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter