Applis, vidéo, SMS... Votre usage du smartphone en dit long sur votre âge

Applis, vidéo, SMS... Votre usage du smartphone en dit long sur votre âge
High-tech

ALLÔ ? - Les chiffres le confirment : le même smartphone n’aura pas la même vie, pas les mêmes usages dans la main d’un ado que dans celle d’un senior. En cette journée mondiale sans téléphone portable, nous avons relevé cinq différences générationnelles, souvent frappantes.

Trois Français sur cinq possèdent désormais un smartphone, 64% l’utilisent pour aller sur internet, 60% pour consulter leurs mails, tandis qu’explose le temps passé à y regarder des vidéos, ou à envoyer des messages sur les messageries instantanées. Des chiffres impressionnants, mais qui ne racontent qu’une partie de l’histoire, et cachent de larges disparités (vous avez dit fossé numérique ?) entre les générations. Si aucune étude récente ne s’est attaquée aux différences d’usages du smartphone selon la tranche d’âge, les chiffres existent bel et bien.

Chaque année depuis 2007, l’ARCEP - le gendarme des télécoms - publie son Baromètre du Numérique, une étude fouillée et complète sur l’équipement, l’usage, les préférences numériques de la population. Autant de données disponibles en open data, que nous sommes allés creuser pour voir à quel point jeunes et vieux ne surfent pas de la même manière sur la vague mobile.

Les apps, un loisir de jeunes ?

Plus qu’un fossé, c’est un canyon qui sépare les adolescents des générations de seniors, quand on parle d’applications mobiles. Si 55% des Français équipés téléchargent des apps, cette moyenne représente à la fois les près de 93% de 18-24 ans qui le font de manière habituelle, que les 85% de 70 ans et plus qui ne le font jamais. Peut-être reste-t-il un eldorado à défricher du côté des apps pour seniors ?

Le mobile, premier écran des plus jeunes

Si depuis quelques années l’usage de la vidéo s’est démocratisé quelle que soit la tranche d’âge de l’utilisateur, les plus jeunes générations semblent en avoir fait leur nouvelle télévision. Ainsi, ce sont 93% des 12-17 ans qui regardent de manière habituelle de la vidéo sur leur smartphone, 2% de plus que leurs aînés de 18-24 ans. Au-delà, l’usage décroche, les quadras ne sont plus que 35% à consommer des vidéos mobiles, bien loin encore devant les plus de 70 ans, à 6% seulement. Sans surprise, les plus jeunes ont plus d’appétence pour une vidéo délinéarisée, sociale, et à la demande.

La messagerie instantanée comme marqueur générationnel

Grandes gagnantes au palmarès des usages cette année : les messageries instantanées. Si elles n’ont pas encore pris le pas sur le SMS et la téléphonie, un Français sur deux environ les utilise couramment. Sans surprise, les plus jeunes, ados et jeunes adultes les plébiscitent, mais c’est quand on s’intéresse aux applications utilisées que se dessine un marché où chaque génération a son appli préférée. Pour les 12-17 ans, point de salut sans Snapchat, qu’ils seraient déjà 47% à utiliser. Les jeunes adultes préfèrent eux Facebook Messenger, à près de 40%, avec une mention pour iMessage sur iPhone. Passé 25 ans, et dans un bel ensemble jusqu’à la retraite, Facebook Messenger fait à peu près jeu égal avec WhatsApp, ce dernier régnant sans partage sur les usages des plus de 70 ans.

Lire aussi

Jeunes et vieux unis dans la confiance ?

Plus surprenant encore que les différences d’usage ou d’opinion entre les plus jeunes et les plus vieux, certains résultats où ados et seniors font cause commune, contre l’avis général des autres générations réunies. C’est le cas face aux précautions à prendre au moment de faire un achat en ligne. A la question "Avez-vous déjà renoncé à un achat parce que vous n’aviez pas suffisamment confiance au moment du paiement ?", les générations intermédiaires, de 25 à 60 ans, répondent massivement oui, à 65% en moyenne. Les moins de 25 ans et les plus de 70 ans n’ont apparemment pas ce genre de soucis, eux sont à peine 30% à avoir déjà reculé au dernier moment. Inconscience de la jeunesse, et insouciance du grand âge ?

Voir aussi

Le fixe, un truc de vieux ?

Si dans l’ensemble les Français se disent dans l’étude l’ARCEP plutôt friands d’innovations, et prêts à adopter de nouveaux usages, la force de l’habitude a encore un sens chez les plus âgés, bien moins chez les plus jeunes. C’est le plus apparent, côté équipement, dans l’importance qu’accordent les plus de 70 ans à l’autre téléphone, la ligne fixe domestique, qu’ils sont encore un sur deux à considérer comme assez ou très utile. Sans surprise, certains parmi les plus jeunes y voient surtout une survivance d’un passé pas très intéressant. Seuls 3% des 12-17 ans disent aujourd’hui qu’ils ne pourraient pas s’en passer.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent