L'accès à Twitter interrompu ce lundi matin

L'accès à Twitter interrompu ce lundi matin

ATTAQUE ? - Le réseau social Twitter a cessé de fonctionner ce lundi matin aux alentours de 6h45 pendant une trentaine de minutes. Pour l'heure, on ne sait pas s'il s'agit d'une attaque ou d'une panne. Le 21 octobre dernier, le réseau social avait été touché par une cyberattaque pendant plus de deux heures.

Ce lundi 7 novembre, l'accès au réseau social Twitter a été interrompu une trentaine de minutes, aux alentours de 6h45. Panne ? Attaque ? Aucune cyberattaque n'a été annoncée, mais cela rappelle celle dont a été victime le réseau social à l'oiseau bleu, avec notamment Spotify, Amazon ou encore eBay le 21 octobre dernier.

Lire aussi

    Pendant peu plus de deux heures ce soir-là, l'accès à ces sites mais également à celui de plusieurs médias (CNN, New York Times, Boston Globe, Financial Times, The Guardian), de Reddit ou d'Airbnb était impossible. L'attaque avait commencé très exactement vers 11h10 GMT et avait visé la société Dyn, qui redirige les flux internet vers les hébergeurs et traduit en quelque sorte des noms de sites en adresse IP, a annoncé cette dernière par communiqué. 

    Un réseau de machines "zombies"

    De plus en plus répandue, ce genre de cyberattaques consiste à rendre un serveur indisponible en le surchargeant de requêtes ou en accaparant ses ressources jusqu'à épuisement, à partir d'un réseau de machines. Pour les plus initiés, il s’agit d’un déni de service distribué (DDos). Une attaque comme celle-ci est souvent menée à partir d’un réseau de machines "zombies", elles-mêmes piratées et utilisées à l’insu de leurs propriétaires. 

    C’est à partir de toutes ces machines  que l’on surcharge le serveur. Selon la firme de sécurité Flashpoint, eles auraient été infectées par le malware Mirai. Grâce à lui, n’importe quel objet connecté – ordinateur, smartphone, caméra de surveillance, magnétoscope, mais aussi moniteur pour bébé, machine à café ou réfrigérateur, (!) – peut être utilisé.

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

    Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

    "60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

    "Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

    Réouverture progressive : quelle pourrait être la situation épidémique mi-mai ?

    Lire et commenter