La belle histoire du jour : Internet décrypte un message posthume

La belle histoire du jour : Internet décrypte un message posthume

DirectLCI
MYSTÈRE - Une grand-mère atteinte du cancer avait écrit un mystérieux message codé en 1996. 18 ans plus tard, Internet le décrypte en quinze minutes.

On ne connaît pas son nom, juste son pseudo : JannaK. Une internaute a posté le 20 janvier un message sur le site américain Ask Metafilter . Elle demandait de l'aide pour parvenir à décrypter une missive laissé par sa grand-mère, alors atteinte d'un cancer, et qui n'était qu'une suite incompréhensible de lettres. Jannak en appelait donc aux internautes pour l'aider à trouver l'éventuelle "clé" pour comprendre l'un des derniers petits mots laissés par la vieille femme, originaire du Minnesota, à ses petits-enfants.18 ans plus tard, le mystère s'éclaircit.

"Ma grand-mère est morte en 1996 d’un cancer qui a évolué rapidement. Elle ne communiquait plus les deux dernières semaines mais, pendant cette période, elle a laissé au moins 20 cartes remplies de lettres manuscrites. Mes cousins et moi avions entre 8 et 10 ans à l’époque, et nous pensions qu’elle nous laissait un code. Nous avons cherché à le comprendre pendant quelques mois en essayant des codes de substitution, mais ça n’a pas abouti", peut-on lire sur Ask Metafilter.

La première lettre de chaque mot

Bien qu'ayant remarqué que certaines suites de lettre se répétaient ("PAGA", "TYGAF"), elle n'est jamais parvenue à expliquer ce que cela pouvait vouloir dire. Elle soupçonnait cependant que cela pouvait s'agir d'une chanson. Quinze minutes après avoir posté le message, le mystère s'est éclairé : il ne s'agissait pas d'une chanson mais de prières. Chaque première lettre de mot étant portée sur le papier. PAGA signifierait "Please, Almighty God, Amen/Alleluia" (S'il vous plaît, Dieu Tout-Puissant, Amen / Alleluia) et TGYAF "Thank you Almighty God for..." (Merci, Dieu Tout-Puissant, pour...).

Mieux, toute une série de lettres, OFWAIHHBTNTKCTWBDOEAII IHFUTDODBAF UOTAWFTWTAUALU NITBDUFEFTITK TPATGFAEA s'est révélée correspondre aux premières lettres de chaque mot du Notre-Père en anglais. La vieille femme, au crépuscule de sa mort, avait donc décidé de prier Dieu et portait sur le papier ses suppliques religieuses. Reste que le message n'a pas encore été décrypter en intégralité. Les messages continuent donc à tomber sur le forum de discussion pour tenter de combler les vides. La petite-fille, elle, a enfin résolu un casse-tête familial vieux de près de vingt ans.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter