La chasse aux météorites tombées en France est ouverte !

La chasse aux météorites tombées en France est ouverte !

DirectLCI
ESPACE – Une mission veut recenser et récupérer tous les météorites qui tombent sur le sol français pendant 10 ans. Les particuliers sont eux aussi invités à participer à cette chasse céleste sans précédent.

On connaissait les chasseurs de tornades, moins les chasseurs de météorites. Mais le nouveau programme lancé par l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) risque bien de créer des vocations, en plus de faire des émules. Lancé en février sous le nom de FRIPON (Fireball Recovery and Interplanetary Observation Network) ce projet aura pour mission de détecter et récupérer pendant 10 ans tous les corps célestes qui tombent sur le territoire français.

Et il y a de quoi faire : François Colas de l'IMCCE explique en effet au site de Sciences et Avenir que, chaque année en France, "il tombe à peu près 10 à 20 grosses météorites", d’un poids de plus de 1 kg. Or, les spécialistes n'en récupèrent en moyenne qu'une seule tous les 10 ans, contre une tous les 2 ans au XIXe siècle, quand la France était encore rurale et que les gens scrutaient plus volontiers l'immensité du ciel.

En savoir + "Une pluie de météorites s'abat sur la Russie"

La chasse pour tous

Pour parvenir à ce travail de fourmi, FRIPON prévoit d'installer avant la fin de l'année et sur tout le territoire un réseau de 100 caméras avec un champ de vision à 360°. Elles seront toutes munies d'un système d'alerte capable de détecter une étoile filante pénétrant dans l'atmosphère. L'une d'entre elle a déjà commencé son observation céleste, perchée à 2877 mètres d'altitude sur l'observatoire du Pic de Midi, dans les Pyrénées.

Mieux, cette mission sera collaborative puisque les particuliers sont également appelés à participer à ce recensement. A une condition : leur caméra d'observation devra être au préalable agréée par le programme. Une aide qui pourrait bien être précieuse pour les scientifiques, tant il est compliqué de localiser un petit caillou tombé du ciel dans des zones souvent (et heureusement) inhabitées. A charge pour les spécialistes de former les astronomes en herbe pour la reconnaissance, au sol et dans l'optique de la caméra, des météorites.

A terme, les experts espèrent déterminer la taille, la masse et la provenance de ces bolides, grâce à leur trajectoire enregistrée par les appareils de détection. Tous les échantillons récoltés seront conservés au Muséum national d’histoire naturelle à Paris et mis à la disposition de la recherche. Première découverte attendue pour 2015.

En savoir + " Quand un parachutiste rencontre une météorite en plein vol "

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter