La Nasa teste sa "soucoupe volante", un super parachute nouvelle génération

La Nasa teste sa "soucoupe volante", un super parachute nouvelle génération

DirectLCI
ESPACE – Dans l'objectif d'une mission habitée sur Mars, la Nasa essaye actuellement un super parachute pour permettre à un module d'entrer dans l'atmosphère martienne dans les meilleurs conditions.

Non, le LDSD n'est pas une nouvelle drogue de synthèse ! Un LDSD, ou Low Density Supersonic Decelerator , est un système de freinage ultra-puissant développé par la Nasa. Sa mission : permettre à une cargaison de plus d'une tonne d'arriver sans encombre sur le sol martien, un vol habité par exemple.

Atmosphère peu dense = freinage compliqué

Il faut en effet freiner la descente d'un module spatial qui entre dans l'atmosphère martienne à la vitesse de 4 km par seconde, pour qu'il atteigne une vitesse quasi nulle au moment de l’atterrissage, ou plutôt de « l'amarsissage » quand il s'agit de la planète mars.

Mais voilà, l'atmosphère martienne est peu dense (1 % de la densité terrienne). Le grand bouclier thermique placé devant le module ne suffira donc pas à le freiner suffisamment. La Nasa a alors eu l'idée de lui adjoindre un parachute géant de près de 30 mètres de diamètre.

Un bouclier gonflable et un parachute supersonique

On obtient alors un SDSP, pour supersonique Disk Sail Parachute, soit un parachute supersonique ! Le principe : quand le bouclier thermique a réussi à faire tomber la vitesse de 4 km par seconde à seulement 1 km par seconde, soit environ 3,5 fois la vitesse du son, une première partie gonflable se déploie pour faire encore chuter la vitesse à 2 fois la vitesse du son.

Le parachute supersonique se déploie ensuite, pour faire passer la vitesse, alors égale à 2 fois la vitesse du son, à une vitesse subsonique, et ensuite faire baisser graduellement cette vitesse. La Nasa va bientôt effectuer des tests au-dessus de l'océan pacifique, en lâchant un module lourdement chargé à plus de 55 km de hauteur, pour récréer une vitesse de descente qui se rapprochera de celle estimée sur Mars.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter