Google veut vous sauver la vie par drone

High-tech
SECOURS 2.0 - Les drones vont bientôt devenir les robots à tout faire de la planète. Livreurs de colis, de pizza ou caméra de surveillance, cet objet volant bien identifié pourrait aussi un jour sauver des vies. Google vient d'ailleurs de déposer un brevet pour un système d'assistance médicalisée par drone.



Pouvoir intervenir plus rapidement sur un accident grâce à un drone, c'est la nouvelle volonté de Google. Le géant américain a déposé le 25 août un brevet pour un "système d'assistance médicale par drones". Le groupe de Mountain View a déjà fait enregistrer un brevet pour un drone ressemblant à un mini-avion et qui serait apte à larguer des kits de premiers secours, un défibrillateur… à des personnes en danger, dans des zones de conflit ou difficiles d'accès. Le tout est baptisé Project Wing et a reçu le feu vert de l'admisnitration américaine de l'aviation (FAA) pour des tests de grande ampleur dans des sites de test.


Cette fois-ci, la demande de brevet a été faite pour un dispositif composé d'une flotte de "véhicules aériens sans pilote". Et différentes utilisations sont envisagées par Google : intervenir en cas d'arrêt cardiaque, sur une zone d'accident de voiture, accident de plongée sous-marine… Ce système médical de soutien devra permettre d'identifier une situation à distance, déterminer la zone cible, choisir un des drones configuré pour répondre à ce problème et l'amener à se rendre à une position bien spécifique sur la zone cible.

Des interventions dans les airs, sur terre et en mer

Parmi les rôles que le drone pourrait se voir attribuer, il y a évidemment le transport de médicaments ou de dispositifs médicaux. Google envisage même que le drone puisse intervenir aussi bien sur terre comme en mer grâce à un système de flottaison. L'appareil pourra même fournir des instructions visuelles et sonores de soins médicaux pour l'intervention des sauveteurs, voire pour aider des non-professionnels.


Mais Google n'est pas le premier à réfléchir à une utilisation de secours par drone. Helper (pour Human Environnement and Life Protect Emergency), développé par un ingénieur et un médecin urgentiste français, a fait son apparition sur les plages françaises de Biscarosse (Landes) cet été. Ce drone homologué par la DGAC est en capacité de déposer une bouée autogonflante et communicante près d'un nageur en difficulté ou d'une embarcation en difficulté. Il dispose d'une autonomie de vol de 40 minutes et peut voler à 80 km/h. 

Parrot aide les secours lors des inondations

S'ils ne sont pas encore calibrés pour faire de lourds transports, les drones sont de plus en plus utilisés pour des interventions de secourisme en appui. "Les drones, c'est de la robotique. Et c'est l'un des grands succès de la robotique. Il y a plein de choses à faire avec. Ça va aller loin," explique Henri Seydoux, le patron de Parrot, le spécialiste français des drones.


Bien que connu surtout pour ses drones de loisirs, Parrot travaille avec de nombreuses startups sur des utilisations plus professionnelles de ses appareils : cartographier en 3D des espaces agricoles, des sites archéologiques comme Palmyre (Syrie) ou des zones difficiles d'accès. Mais aussi apporter tout son savoir-faire dans des situations de catastrophe ou d'accident. Lors des récentes inondations, Parrot a ainsi envoyé des drones et des ingénieurs pour aider les secours sur les zones sinistrées. Des partenariats avec des pompiers sont aussi envisagés pour soutenir les interventions en filmant les situations délicates.


Par Melinda DAVAN-SOULAS

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter