Le Tour de France de plus en plus high-tech

High-tech
SPORT – Caméras embarquées, tracking individuel en temps réel, statistiques ultra complètes, les nouvelles technologies et la polémique s'invitent au Tour de France.

Aujourd'hui, le sport de haut niveau et les nouvelles technologies font bon ménage. Y compris pour le cyclisme. Pour preuve les nouveaux dispositifs mis en œuvre pour le Tour de France 2015, qu'il s'agisse de rendre au mieux la diffusion de l'épreuve pour les spectateurs, mais également de donner aux sportifs des outils qui feront la différence pour gagner les étapes.

Première nouveauté 2015, les caméras embarquées. Comme en Formule 1, certains vélos seront équipés de caméras qui permettront de vivre au plus près la course. Bien évidemment, comme les vélos professionnels sont très légers, il faut de petites caméras. Et ce sont les désormais célèbres GoPro qui ont été retenues par ASO, l'organisateur du Tour de France.

Une technologie omniprésente

Mais on ne trouvera pas que des caméras sur les vélos. En effet, tous les cyclistes du Tour de France auront une petite puce électronique installée sous leur selle. Ainsi, ils pourront tous être "trackés", c’est-à-dire que la société Dimension Data (qui met en œuvre ce système) pourra fournir grâce à différentes informations (vitesse, géolocalisation, etc.) de nombreuses statistiques via un site Web aux spectateurs… mais aussi aux directeurs d'équipes.

En effet, cette deuxième nouveauté technologique fait déjà polémique. Car avec la quantité de données mise à disposition des teams (vitesse en temps réel des 198 coureurs, qui vont générer 42 000 points géospatiaux et 75 millions de relevés GPS), il serait possible de calculer à l'avance la vitesse nécessaire pour que, à un moment donner de la course et en fonction de sa configuration, la victoire soit assurée en donnant des indications tactiques aux coureurs, qui sont tous équipés d'oreillettes.

Une capacité de gagner qui ne se ferait donc plus à la force des pédales mais dans les voitures des managers : ce n'est d'ailleurs pas une polémique nouvelle. En effet, un chercheur Néerlandais avait déjà étudié l'influence aérodynamique des voitures des directeurs sportifs sur les coureurs et le gain temps apporté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter