Les "Avengers" bientôt en jeu vidéo : pourquoi ça ne ressemblera pas aux films Marvel

High-tech

DU CINÉ À LA CONSOLE – LCI a pu avoir un aperçu du jeu "Marvel’s Avengers", attendu pour mai 2020. Le prochain blockbuster de Square Enix reprend une recette qui a fait ses preuves. Mais ces superhéros vidéoludiques ne ressembleront pas vraiment à ceux sur grand écran. Une envie de changement ou une obligation qui risque de froisser les fans ? Explications.

Le marteau de Thor qui part dans le thorax d’un soldat, Captain America qui passe les consignes depuis le vaisseau tandis qu’Iron Man survole le pont de San Francisco dévasté sur lequel Hulk et Black Widow repoussent les vagues ennemies. La fête a tourné au désastre pour les Avengers, désormais basés en Californie afin de protéger la planète. Des héros familiers qui vous laisseraient presque croire que vous êtes dans un nouveau film Marvel.

Si le célèbre blason de la franchise s’affiche pourtant à l’écran, c’est bien manette en mains qu’on se frotte à cette nouvelle histoire née de l’imagination de Crystal Dynamics, derrière notamment la renaissance de Lara Croft  (Tomb Raider Reboot, Rise of the Tomb Raider). Le studio californien, qui appartient à l'éditeur Square Enix, s’est vu confier la lourde tâche de donner vie au très attendu jeu vidéo Marvel’s Avengers qui sortira l’an prochain. “Nous n’avons jamais eu l’occasion de réaliser quelque chose d’aussi énorme et épique. Avengers, c’est un phénomène titanesque qui dépasse les clivages, les époques, les frontières", nous confie fièrement Scot Amos, patron de Crystal Dynamics.

Lire aussi

A première vue, cela ressemble donc aux aventures des superhéros relancées au cinéma par Marvel en 2008 et dont le dernier épisode Avengers : Endgame a battu des records au box-office. Mais en y regardant de plus près, naît un sentiment étrange de bien connaître ces personnages sans tout à fait les reconnaître. Thor est ainsi toujours blond, Hulk vert et Black Widow a sa tignasse rousse. 

En revanche, sur console, leurs visages ne sont pas si familiers. "Dans les films MCU (Marvel Cinematic Universe, qui gère les films de la franchise, ndlr), les acteurs et leurs personnages viennent de boucler 10 ans de vie commune. C’est un excellent package, mais c’est terminé", explique Scot Amos, laissant entendre à demi-mot que son jeu n’est pas celui de la saga. "Afin d'éviter la confusion, nous ne voulions pas passer pour des imitateurs. Nous voulions créer une histoire originale. Il fallait donc des changements."

                                                                      L'affiche du film "Avengers : L'Ere d'Ultron"

                                                                      Les superhéros du jeu "Marvel's Avengers"

Pas les acteurs mais toujours la patte Marvel

Une première explication tient sans doute du côté des comédiens. Pour donner vie aux personnages, Crystal Dynamics n’a pas pu avoir les acteurs originaux (Chris Evans, Robert Downey Jr, Scarlett Johansson, Chris Hemsworth), sans doute trop chers pour son budget. Le studio a donc fait appel pour compenser aux doubleurs de jeu vidéo les plus connus comme Nolan North (Nathan Drake dans Uncharted et Desmond Miles dans Assassin’s Creed) ou encore Troy Baker (Joel dans The Last of Us, Batman dans Arkham Origins). 

Dans Marvel’s Avengers, vous allez aussi pouvoir personnaliser les looks emblématiques, les armes et pouvoirs. Une façon de se démarquer des héros des films tout en restant "dans l’esprit des 80 ans d’existence des Avengers". "Ces héros étaient là bien avant les films MCU. Nous avons cherché à leur donner une nouvelle direction, un nouvel univers (la planète entière et plus seulement New York, ndlr) sans les trahir", précise Scot Amos. "Exactement comme MCU a apporté une dose de nouveautés en se basant sur l’existant."

Une grande liberté de créativité ? Pas totalement quand même. Comme souvent quand un studio reprend une franchise connue, cela ne se fait pas sans garde-fous ni "une Bible" de quelques centaines, voire milliers, de pages à suivre religieusement. Il a aussi fallu obtenir la validation du moindre élément par Marvel. Mais du côté du studio de Redwood City, on écarte toute idée d’ingérence ou de surveillance du "bébé maison". "Marvel connaît ses héros. Ils savent d’où ils viennent et où ils veulent aller. Alors, il fallait qu’on réfléchisse bien à l’originalité qu’on voulait donner aux personnages. Mais ils nous ont encouragés à aller dans cette voie. Quand nous avions une idée, elle était soumise aux équipes Marvel, puis elles revenaient vers nous pour en discuter", résume le patron de Crystal Dynamics.

                                                                      Hulk dans le jeu "Marvel's Avengers"

De la difficulté d’utiliser une licence connue

En ouvrant l’œil, vous pourrez ainsi noter quelques changement majeurs, mais discrets quand on y joue : le bouclier de Captain America comporte une étoile plus grande qu’habituellement et la forme du marteau de Thor a été légèrement modifiée. "C’est l’effet côte Ouest !", plaisante Scot Amos tout en argumentant de l'évolution des Avengers dans l'histoire qui peut permettre des modifications. Ces superhéros vont ainsi se retrouver déchus et devenir des parias. Une situation inédite dans les films comme les comics Marvel. Pour le patron du studio, tout est crédible si chaque nouvel élément "possède une histoire et une explication". "L’aide de Marvel est essentielle pour la crédibilité du projet car c’est une marque d’authenticité et ils savent ce que les fans aiment et attendent", souligne-t-il, laissant entendre que la caution vaut bien d’éventuelles concessions que ses équipes ont dû faire, sans pour autant les détailler.

Pourtant, les fans ont été surpris par le premier trailer dévoilé lors du salon E3 en juin dernier (vidéo en tête de cet article), notamment par l’allure des superhéros, qu'ils n'ont pas reconnus. Crystal Dynamics a cependant annoncé qu’il ne modifierait pas leur apparence. "Ils sont toujours familiers, reconnaissables, mais différents et uniques", martèle son patron. "C’est un peu comme pour James Bond ou Batman : combien d’acteurs différents au final ? Mais cela reste des films de James Bond ou de Batman. L’esprit et la symbolique sont essentiels". Pour des questions de licence et de droits à l'image, il n’est pas certain que Marvel aurait de toute façon autorisé une adaptation totale des films en jeu vidéo. Acheter une licence, qui plus est aussi ancienne et célèbre qu’Avengers, coûte en effet cher, même pour réaliser un jeu sous bannière des créateurs.

                                                                      Captain America dans le jeu et dans le film : l'étoile sur le bouclier est différente

Plusieurs opus

Square Enix, éditeur du futur jeu, a d’ailleurs signé pour plusieurs opus, histoire de rentabiliser. Et pour le moment, on parle surtout de contenus multiples gratuits dans ce premier Marvel’s Avengers et de l'arrivée d'autres superhéros. Et ce serait déjà une réussite face à une telle montagne. Rappelons que la précédente tentative de jeu Avengers n’a jamais vu le jour. Sony et Insomniac Games ont, eux aussi, fait l’expérience des difficultés à négocier une licence au moment de concevoir Spider-Man, également "sous le patronage" de Marvel qui avait glissé son nom dans l’intitulé du jeu PlayStation. Et en cours de route, il avait fallu négocier avec Disney qui venait de racheter Marvel. 

Un nouvel interlocuteur qui a, par le passé, choisi d'abandonner le développement de ses propres jeux vidéo pour se concentrer sur la lucrative revente de ses licences, comme celles de Star Wars.  Un nouveau jeu vidéo de la franchise va d'ailleurs voir le jour en fin d’année. Il sera porté par l'éditeur Electronic Arts (Star Wars Jedi : Fallen Order). Avec les mêmes avantages et contraintes : l'univers de la célèbre saga, mais avec un nouveau héros et une histoire inédite... validés par Disney.

MARVEL’S AVENGERS – Un jeu Crystal Dynamics édité par Square Enix – Disponible le 15 mai psur PS4, Xbox One, PC et Stadia – PEGI 16

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter