Les enceintes connectées avec écran arrivent : à quoi vont-elles servir dans votre maison ?

High-tech
DirectLCI
OK GOOGLE - Après les enceintes connectées intelligentes embarquant des assistants vocaux, voici venir les écrans intelligents de Lenovo, Google ou encore Amazon. Ils proposent des fonctionnalités identiques à celles des enceintes, en ajoutant la visualisation de la réponse. Suffisant pour les derniers récalcitrants franchissent le pas ? LCI fait le point.

Après Amazon Echo Show et en attendant que Google Home Hub arrive en France, Lenovo lance cette semaine son SmartDisplay (photo ci-dessous), le premier écran intelligent embarquant l’assistant vocal Google Assistant en France. Des enceintes connectées intelligentes qui s’enrichissent désormais d’un écran pour aller plus loin dans l’interaction avec les appareils et la maison connectée.

 

Selon une étude réalisée par Reichelt elektronik et OnePoll* en début d’année, les Français sont loin d’être réfractaires à l’utilisation des assistants vocaux dans leur foyer. 30% reconnaissent ainsi avoir recours à Google Assistant, disponible sur une très large gamme de produits, du smartphone à l’électroménager en passant par les voitures connectées ou les enceintes. Siri, l’assistant d’Apple, suit (17%) devant Alexa d’Amazon (9%).

 L’assistant vocal a donc progressivement envahi chaque instant du quotidien. Parmi les requêtes les plus demandées, on trouve la recherche d’informations sur internet (75%), l'écoute de musique (61%), la lecture ou l'écoute de messages (51%) ou encore le contrôle des appareils connectés de la maison (43%).


Des gestes simplifiés –et parfois automatisés- grâce à la simple parole, mais qui tardent à se généraliser pour plusieurs raisons, à commencer par la sécurité. Pour 63% des sondés, la sécurisation de leurs données personnelles et l’assurance d’une plus grande confidentialité des usages sont en effet des éléments clés. Or la difficulté de savoir quand un appareil vous entend et/ou vous enregistre suscite encore bon nombre d’inquiétudes et de fantasmes. Ajouter un écran peut-il être la solution ?

Faire comme avec une enceinte connectée, l'écran en plus

Après avoir multiplié leurs présences dans tous les recoins de la maison afin de faciliter leur intégration via le moindre appareil possible, les assistants vocaux espèrent donc trouver dans l’écran ajouté un allié de poids. Fini par exemple l'excuse de ne plus savoir ce que fait l’assistant vocal de vos demandes puisque tout va s’afficher sur un écran de 7 à 10 pouces de diagonale, autant qu’une tablette. "C’est justement une alternative possible à une tablette et au téléphone", explique à LCI Gael Peigné, directeur marketing de Lenovo. "Cela va rendre l’usage encore plus fluide et rapide, notamment dans le contrôle de la maison."

 

Comme Amazon Echo Show, Google Home Hub ou encore Facebook Portal, le SmartDisplay de Lenovo embarque un haut-parleur à côté de son écran pour entendre la réponse de l’assistant vocal tout en la lisant ainsi que des microphones pour poser vos questions. Ces écrans intelligents tactiles vont permettre de visionner des vidéos (YouTube, Netflix, Amazon Prime, mais aussi LCI si vous voulez voir le dernier flash info !), afficher les réponses à vos questions (scores de rencontres sportives, météo, recherches internet, infos pratiques autour de vous, etc.), mais aussi passer des appels vidéo (sauf pour le Google Home Hub qui n’a pas de caméra embarquée) ou encore piloter les appareils connectés de la maison depuis l'écran. En résumé, les écrans intelligents font comme les enceintes connectées, la garantie –le côté rassurant ?- de la visualisation en prime.

De la vidéo à gogo, mais un bémol sur le son

Parmi les nouveaux usages : vous voulez être sûr de réussir votre plat ? Amazon a noué un partenariat avec Marmiton.org et Lenovo avec 750g pour que la recette soit expliquée pas à pas et en vidéo sur l’écran. L’écran intelligent sert aussi d’écran relais pour savoir qui vient de sonner sur votre visiophone connecté, de réveil avec système de simulateur d'aube. Il peut également jouer les minuteurs ou encore lancer des livres audio. Autre avantage sur de nombreux appareils : l'écran permet d'aller piocher dans vos photos pour relancer la mode du cadre numérique.


Mais n’espérez pas naviguer sur internet. Si l’écran est tactile, l’appareil ne dispose pas de store d’applications à ajouter. Il faut compter sur les services embarqués. Mais seul Amazon Echo intègre les navigateurs Firefox et Amazon Silk afin d’accéder notamment à YouTube, qui n’est pas nativement accessible. Au final, avoir une centrale de contrôle pour la maison semble l'élément le plus abouti de ces écrans intelligents. Tout s'affiche, tout se pilote sans avoir à demander.

 

Du côté des points à améliorer, il y a évidemment le son, loin d'être optimal comme sur beaucoup de simples enceintes connectées. Les meilleures, comme le HomePod ou Sonos Beam, n’ont pas encore fait de place à un écran. Spécialiste du son, JBL arrive cependant prochainement avec son écran intelligent embarquant Google Assistant et méritera qu’on s’y attarde. La qualité en appel vidéo n’est pas non plus extravagante. 

Reste LA question : a-t-on vraiment besoin d’un écran supplémentaire dans la maison ? Pas forcément. La force des assistants vocaux étaient jusqu'ici de parvenir à se fondre dans l’environnement, de se faire le plus discret possible tout en répondant à la demande. Si l’apparente facilité d’usage offerte avec l’ajout d’un écran va probablement convaincre davantage d’utilisateurs à franchir le cap, elle n’apporte pas forcément grand-chose en termes d’utilisation si vous possédez déjà une tablette tactile. Certes, ce sera plus simple d'avoir tout sous la main. Le prix peut aussi refroidir légèrement. Pour le Lenovo SmartDisplay, il faut compter de 180 à 240 euros. Amazon Echo Show est disponible à 230 euros tandis que le Google Home Hub est vendu 149 dollars aux Etats-Unis (environ 131 euros HT).


Cependant, possédant tous des systèmes physiques beaucoup plus visibles pour couper le micro et la caméra, les écrans intelligents ont des arguments de sécurité qui ne laisseront pas insensibles. Ils pourraient même répondre à l'une des attentes des Français : 19% souhaiteraient que les assistants vocaux soient capables de comprendre les gestes et expressions du visage. L'écran pourrait s'apparenter à un premier pas.


* Etude quantitative réalisée par OnePoll, membre de l'association ESOMAR, entre le 22 et le 30 janvier 2019 auprès de 1000 participants de plus de 18 ans résidant en France.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter