Les jeunes jettent un coup d'oeil à leur smartphone toutes les 10 minutes

Les jeunes jettent un coup d'oeil à leur smartphone toutes les 10 minutes

High-tech
DirectLCI
ADDICTION – Les personnes de 18 à 24 ans, ne peuvent passer en moyenne plus de 9 minutes et 50 secondes sans jeter un oeil à leur téléphone. Un comportement qui les rend beaucoup plus impatients que les jeunes d'il y a dix ans.

Le smartphone modifie notre comportement bien plus profondément qu'on pourrait le croire. Une étude britannique menée par l'institut Omnibus pour l'éditeur Kana Software (PDF en anglais) montre comment les plus jeunes sont devenus impatients face à leur téléphone mobile.

Selon elle, les 18-24 ans vérifient leur smartphone toutes les 9 minutes et 50 secondes. Dans cette tranche d'âge, une personne sur vingt pousse même la dépendance à examiner son téléphone portable toutes les minutes. On atteint là une forme de dépendance absolue.

Les ultra-connectés de plus en plus impatients

Cette étude portant sur 2 000 personnes montre également que l'intérêt pour l'appareil diminue avec le temps. Si la tranche des 25-34 est presque aussi accro (ils jettent un œil toutes les 9 minutes et 55 secondes), l'intervalle monte à 21 minutes pour les 35-44 ans, 36 minutes pour les 45-54 ans et une heure et demie pour les 55-64 ans. En revanche, les plus de 65 ans, en majorité retraités, vérifient leurs smartphones toutes les 47 minutes.

Autre enseignement intéressant de l'étude : les Britanniques utilisent en moyenne 7,4 différents moyens de communication électronique (SMS, mails, réseaux sociaux, etc.). Le chiffre monte à 8,4 pour la tranche la plus jeune et baisse à 6,2 chez les plus âgés.

Enfin, les résultats révèlent une vraie modification de comportement vis-à-vis de l'impatience aux réponses. Un jeune très actif sur son smartphone espère qu'une marque ou une entreprise réponde à l'une de ses demandes via un réseau social dans les dix minutes. L'étude précise qu'il y a encore dix ans, la norme acceptée en moyenne était de… dix jours. Autre temps, autres moeurs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter