L’objet high-tech WTF : le tampon hygiénique "intelligent"

L’objet high-tech WTF : le tampon hygiénique "intelligent"
High-tech
DirectLCI
INNOVATIONS - Chaque semaine, metronews vous fait découvrir un objet dont la seule véritable prouesse technologique est de ne rien changer à votre quotidien. Direction les Etats-Unis où une start-up sino-américaine a conçu un tampon hygiénique "intelligent" qui permet de suivre en temps réel ses menstruations.

En voulant rendre tous les objets "intelligents", n’allons-nous peu trop loin ? C’est en tout cas la question qu’on peut se poser en découvrant pour la première fois my.Flow : un tampon hygiénique 2.0 qui propose aux femmes, dont l’utérus est imprévisible, de suivre en temps réel leurs règles via une application mobile.

Parler de menstruations est assez peu fréquent dans le domaine des nouvelles technologies, vous ne conviendrez, mais ce "Tampax" connecté est suffisamment curieux pour mériter que l’on s’y attarde. A l'origine, il s'agit d'un projet d'étudiants de l'université de Berkeley en Californie. Sa promesse ? "Vous évitez une fuite en public, le pire cauchemar de beaucoup de jeunes filles", insiste Amanda Brief, sa conceptrice.

 Qu'est-ce que c'est ?
A première vue, my.Flow a tout d'un tampon classique en coton. Il s’agit en fait d’un capteur connecté, placé dans un tampon hygiénique, relié par un long fil à un boitier (à cacher dans votre soutien-gorge), lui-même connecté en Bluetooth à votre smartphone.

 A quoi ça sert ?
Une application mobile dédiée vous permet de suivre en temps réel son avancée et vous informe du moment où votre tampon est saturé (à l’aide d’un pourcentage), et donc qu’il doit être remplacé. En outre, il est possible d’enregistrer la date de début et de fin de vos menstruations, ou bien encore de comptabiliser les jours où ces dernières ont été les plus intenses.


 Comment ça fonctionne ? 
Le tampon "intelligent" my.Flow dispose d'un applicateur en plastique, pour positionner le tampon spécifique dans le vagin. Il envoie ses données au boîtier, lequel les envoie à votre téléphone et vous avez une estimation de l'autonomie de votre tampon. 

A la base, le premier prototype intégrait le capteur Bluetooth à l'intérieur du tampon, mais les ingénieurs ont constaté que les femmes n'avaient pas très envie d'avoir un capteur Bluetooth dans le vagin. Un système qui refrénera très certainement beaucoup d'utilisatrices potentielles. 

► Pourquoi ce n’est pas si débile
Ce gadget a pour objectif de prévenir le syndrome de choc toxique, une situation rarement rencontrée, mais dangereuse voire mortelle, associée au fait de garder un tampon trop longtemps (plus de huit heures). Si l’idée est bonne, la perspective de surveiller son tampon depuis son smartphone n'est clairement pas l'usage le plus glamour que l'on peut imaginer en matière d'objets.

EN SAVOIR + >>  Lauren Wasser, la mannequin qui a perdu sa jambe à cause... d'un tampon hygiénique

Evidemment, en l'état, le prototype doit être amélioré. D’autant que son prix risque également d’être un problème. En plus du capteur vendu pour 50 dollars (soit environ 45 euros), le tampon qui lui sera associé coûtera lui un peu plus d’un euro, alors qu’un "Tampax" ne dépasse pas 25 centimes à l’unité. L'idée d'intégrer la technologie dans le contrôle des règles a de quoi être saluée.

A LIRE AUSSI
>>  Samsung Galaxy Surfboard, la planche de surf du futur ?
>>  Ce matelas connecté vous alerte si votre conjoint(e) vous trompe !
>>
Retrouvez tous les objets high-tech WTF sur metronews.fr  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter