MacronLeaks : comment l’équipe d’Emmanuel Macron a piégé les hackers

MacronLeaks : comment l’équipe d’Emmanuel Macron a piégé les hackers
High-tech

Toute L'info sur

La présidence Macron

CYBER-ATTAQUE - Le mouvement En Marche! avait anticipé l'intrusion de pirates informatiques dans ses messageries. Pour le "New York Times", les équipes d’Emmanuel Macron ont été beaucoup plus "habiles et ingénieuses" que celles d’Hillary Clinton.

C'est un peu l'histoire de l'arroseur arrosé, pour reprendre le titre de ce film culte des frères Lumières. A cette époque, le cinéma est naissant, Internet inexistant. Mais l'intrigue est similaire. L’équipe de campagne d'Emmanuel Macron, victime de piratages à plusieurs reprises au cours des derniers mois, avait préparé des dispositifs pour tromper les hackers. Des parades qui ont permis de ralentir les pirates informatiques, comme le raconte le New York Times.

Ce qui fait dire au prestigieux quotidien américain que les équipes d’Emmanuel Macron ont été beaucoup plus "habiles et ingénieuses" que celles d’Hillary Clinton pour piéger les pirates. Pour mémoire, lors de la campagne pour la présidence des Etats-Unis, à l'automne dernier, la candidate démocrate avait ignoré en effet les avertissements du FBI. A l'inverse, l'équipe du nouveau président de la République a su anticiper les attaques informatiques lancées la veille du second tour de l’élection présidentielle, dont le mouvement d’En Marche a été la cible.

Lire aussi

Une opération de piratage décrite comme "massive"

On rembobine : moins de 48 heures avant le second tour, vendredi 5 mai, le favori des sondages a été la cible d’une vaste opération d’"hameçonnage" ( ou "phishing" en anglais), une technique assez répandue sur Internet, visant à dérober des informations (identifiants et mots de passe, notamment) via des courriels contenant des fichiers piégés. Sous la bannière #MacronLeaks, l’opération, décrite comme "massive" par l’équipe d’Emmanuel Macron, avait permis de révéler un certain nombre de documents internes, réels ou fabriqués. Un piratage dont l'objectif était de déstabiliser le candidat d'En Marche !

En vidéo

Laurence Haïm : "des gens venus d'Ukraine essayent de pirater le site En Marche"

Abreuver d'infos les hackers, pour mieux les contrer !

Deux jours plus tôt, une première salve de "fake news" avait cherché à faire croire à l'existence d'un compte caché aux Bahamas détenus par Emmanuel Macron. Conscient qu’il risquait d’être la cible de piratages informatiques -  mi-février, Laurence Haïm, porte-parole d'Emmanuel Macron, déclarait sur le plateau de LCI que le site d'En Marche ! avait été victime de 4000 piratages en un mois -, l'équipe de campagne du nouveau président de la République s’était prémunie en créant des boîtes mails fictives attribuées à des membres de la campagne : le responsable financier de l'organisation, des personnes qui travaillent dans l'équipe politique et des personnes moins connues du mouvement. 

Le but n'était pas de réussir à empêcher toutes les attaques, mais bien de les rendre les plus inefficaces possibles, comme l'a souligné Mounir Mahjoubi, directeur de la campagne numérique d'En Marche. La contre-attaque a notamment consisté à nourrir les pirates, en leur donnant des dizaines de faux mots de passe et à les renvoyer vers de faux documents ou de mauvais liens pour leur offrir sur un plateau les informations qu’ils comptaient utiliser pour salir la réputation d’Emmanuel Macron. Ou du moins, à leur faire croire que c'était le cas.  Les hackers, eux, n'y ont vu que du feu...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent