Maison connectée : l'intelligence artificielle arrive au foyer... mais attention à votre vie privée

High-tech

Toute L'info sur

La Matinale du week-end

C'EST POUR DEMAIN - Des capteurs et des caméras connectées, il en arrive dans toutes sortes d'appareils domestiques, jusque même dans nos aspirateurs. De quoi se simplifier la vie, mais pensez quand même à protéger votre vie privée. Heureusement, les solutions existent.

On connaissait depuis l'année dernière les robots-aspirateurs qui intègrent un radar, pour cartographier votre intérieur et le dépoussiérer plus vite, et plus efficacement. Désormais, il faudra compter avec un capteur de plus, une caméra à l'avant de ce robot Ecovacs, une caméra couplée à un système de reconnaissance d'objets : l'aspirateur saura désormais s'il doit contourner la paire de chaussons laissés devant le canapé, la gamelle du chien, ou un jouet oublié, ou au contraire s'il doit se méfier du câble qui traîne par terre, et pourrait se prendre dans le mécanisme de l'aspirateur. Un raffinement de plus, dans un modèle haut de gamme qui sait seul passer de l'aspirateur à la serpillière selon les surfaces. Comptez un peu moins de mille euros, mais comme toutes les autres auparavant, cette innovation-là pourrait rapidement se démocratiser.

Une caméra connectée de plus qui rend service à la maison, à ajouter à celles que l'on trouve dans certains assistants intelligents, dans son téléviseur, voire même dans son frigo : l'ère de la maison connectée est prolifique en capteurs, mais pose quand même la question de la vie privée.

Des milliers de caméras privées, mais ouvertes à tous

Le meilleur exemple d'un marché qui a explosé sans toujours se poser les bonnes questions, ce sont toutes ces petites caméras de surveillance domestiques, que l'on trouve désormais pour quelques dizaines d'euros. On les connecte à son réseau wifi, pour pouvoir garder à distance un oeil sur sa maison, on laisse souvent par simplicité les identifiants par défaut... et on a tort. Ces caméras sont faciles à trouver sur internet, et si vous n'en avez pas changé les identifiants, tout le monde peut s'y connecter à distance, il y a même des sites qui recensent ces dizaines de caméras privées, mais ouvertes à tous.

Lire aussi

Heureusement, certaines marques ont intégré la dimension de la vie privée au design de leurs produits, tel le français Netatmo, connu pour ses thermostats, ses détecteurs de fumée, et ses caméras de surveillance domestiques intérieures et extérieures. Le modèle intérieur, baptisé "Welcome", sait apprendre à reconnaître les visages des membres de votre famille, pour ne plus vous alerter que quand il détecte un visage inconnu. La caméra ne vous transmet que les événements suspects, et stocke ses images en local, sur une carte mémoire où les vidéos sont d'ailleurs chiffrées. Une reconnaissance faciale efficace et volontairement limitée, la caméra extérieure du même fabricant se borne à détecter les personnes, les animaux ou les véhicules qui passent devant son objectif. Pendant ce temps, la reconnaissance faciale utilisée à grande échelle fait débat aux États-Unis, où la ville de San Francisco vient d'en interdire l'usage à ses forces de police, au nom là encore de la vie privée de ses administrés.

Lire et commenter