Mark Zuckerberg annonce que Facebook va mieux contrôler les publicités politiques

DirectLCI
CRISE - Face à la crise, Facebook réagit chaque jour un peu plus. Après avoir promis à ses utilisateurs de la transparence sur l’utilisation faite de leurs données par les applications tierces, Mark Zuckerberg a annoncé que les annonceurs désireux de communiquer sur de la politique devront s’identifier afin d’éviter toute ingérence étrangère.

Pour faire de la publicité sur Facebook, il va désormais falloir montrer patte blanche. Dans un post sur sa page Facebook, Mark Zuckerberg a annoncé une série de mesures pour mieux contrôler les publicités sur le réseau social. Dès à présent, les annonceurs désireux de communiquer sur des contenus politiques, électoraux ou "faisant l’objet de débats" vont devoir être authentifiés par la firme avant de pouvoir diffuser.


Attendu devant le Congrès pour témoigner dans quelques jours, le patron de Facebook ne cesse de multiplier les annonces depuis plusieurs jours sur un renforcement de la sécurité du site après l’affaire Cambridge Analytica qui aurait dérobé des données d’utilisateur via l’appli "thisisyourdigitallife". Les données récupérées à l’insu des utilisateurs et de leurs amis auraient notamment été utilisées durant la campagne présidentielle américaine et celle pour le Brexit au Royaume-Uni.

Facebook choisit de jouer la carte de la transparence. Après avoir facilité la gestion des applis pour les utilisateurs et les informations des données utilisées, le réseau a commencé à vérifier les identités des annonceurs, leur localisation, seules conditions pour pouvoir diffuser des publicités politiques. Le groupe espère ainsi empêcher l’ingérence étrangère dans les élections comme cela a été le cas lors des élections présidentielles en 2016 aux États-Unis.

270 comptes russes déjà supprimés

"Ces étapes en elles-mêmes n'empêcheront pas certaines personnes d'essayer de contourner le système. Mais cela va leur rendre la tâche beaucoup plus difficile pour quiconque essaiera de faire ce que les Russes ont fait lors de l'élection de 2016 ou d'utiliser de faux comptes et pages pour diffuser des publicités ", a écrit Zuckerberg dans son message. Il a également expliqué qu’il soutenait ainsi un projet de loi du Sénat, le Honest Ads Act, qui exigera à présent de telles divulgations.


Facebook a reconnu mercredi que quelque 87 millions d’utilisateurs avaient vu leurs données personnelles dérobées, dont 211 000 Français. L’entreprise a déjà annoncé la suppression de 270 comptes associés à la société russe Internet Research Agency.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter