Froid : pourquoi nos smartphones le supportent mal (et comment y remédier)

DirectLCI
DIAGNOSTIC - Quand les températures polaires se font sentir, rares sont les appareils mobiles qui ne montrent pas quelques signes de faiblesse. Chute, voire extinction soudaine de batterie, navigation ralentie, clavier tactile inactif, condensation... si les symptômes ne manquent pas, les explications (souvent) oui. Voici quelques clés pour pallier ce problème, voire l'éviter.

Face au grand froid, la baisse de régime est un mal difficilement évitable. Pas même par les smartphones et autres appareils mobiles. A l'instar de leurs propriétaires qui montrent quelques signes de faiblesse quand le mercure chute considérablement, ces "compagnons" numériques peuvent en effet être sujets à des symptômes grippaux plus ou moins sévères : chute, voire extinction, soudaine de batterie, navigation ralentie, clavier tactile inactif, apparition de buée...


Si tous ne sont pas égaux face aux températures polaires, les plus "vulnérables" ne sont pas nécessairement ce que l'on imagine. L'iPhone, l'un des smartphones les plus populaires au monde, se montre ainsi assez frileux. Fort heureusement, cet état  fébrile est le plus souvent passager. Mais comment l'expliquer et surtout comment l'éviter ? Eléments de réponse.

Si le coupable est en général facilement identifié, à savoir la batterie, les utilisateurs ignorent en revanche pour la plupart ce qui explique qu'elle soit si sensible aux écarts de température. S'agissant de l'Iphone, Apple livre quelques clés à ses clients via son site, à l'instar d'autres marques concernant leurs appareils respectifs. "Si vous utilisez votre appareil dans un environnement très froid, vous remarquerez peut-être une diminution de l’autonomie de la batterie, mais cette situation est temporaire. Une fois que la température de la batterie se trouve à nouveau dans sa plage habituelle, les performances reviennent à la normale", peut-on lire. En l'occurrence, la marque évoque une "zone de confort de 16 à 22 °C", considérée "comme idéale". En dehors de cette plage, les molécules de la batterie ont besoin de se réchauffer pour que cette dernière récupère sa capacité précédente. 


Il faut en fait savoir que la plupart des smartphones sont équipés de batteries au lithium-ion, plus rentables pour le fabricant, certes, mais très énergivores. Pour vulgariser, alors que la vitesse des réactions électrochimiques (qui visent à libérer l'énergie chimique sous forme d'énergie électrique) varie sous l'effet de la température ambiante, le froid entraine une baisse de la tension des batteries. Aussi, les températures extrêmes leurrent les smartphones en agissant sur le processus de création d'énergie de leurs batteries et sur la résistance interne de ces dernières. En d'autres termes, face à une tension en chute libre, l'appareil  traduit que la batterie est vide, bien qu'elle soit chargée au maximum. Ce qui peut conduire aux fameuses extinctions soudaines.

Dans ce cas précis "du coup de froid", la solution pour prévenir le problème est la même que pour y remédier : la température ambiante. Aussi, le simple fait de (re)placer le smartphone congelé dans une poche, au contact de la chaleur corporelle, devrait rapidement le requinquer. Bien que l'idée puisse être tentante, inutile en revanche de l'exposer à des températures extrêmement élevées, sous un radiateur ou un sèche-cheveux par exemple. 


Car pour rappel, si les appareils mobiles sont très sensibles aux températures négatives, ils le sont tout autant, sinon plus, au dessus des 35 °C. A la différence près, que la chaleur extrême, elle, est susceptible d’endommager la capacité de la batterie de manière irréversible... 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter