Microsoft condamné à verser 10.000 dollars à une utilisatrice pour une mise à jour forcée de Windows 10

High-tech

WINDOWS 10 - Microsoft vient d’être condamné à verser 10.000 dollars à une utilisatrice américaine pour avoir forcé la mise à jour vers Windows 10 sur sa machine. D’autres clients mécontents pourraient s’engouffrer dans la brèche.

Microsoft tient absolument à ce que vous installiez gratuitement la mise à jour pour migrer vers Windows 10. Depuis son lancement, le 29 juillet 2015, les téléchargements du nouveau système d'exploitation de Microsoft tournent en effet au ralenti. Au prix d'une campagne particulièrement agressive, le logiciel aurait été installé sur 300 millions d'ordinateurs dans le monde. Un chiffres encore insuffisant pour le géant américain. Nombreux sont ceux qui ont préféré rester sur les versions Windows 7 et 8.

Pour les convaincre, Microsoft aurait trouvé la parade : forcer la main aux utilisateurs de Windows 7 et 8 en paramétrant par défaut le téléchargement automatique de son nouveau système d’exploitation au sein des mises à jour importantes et recommandées. En effet, depuis le 1 février, si vous n’avez pas désactivé l'option mise à jour automatique dans le menu des paramètres de l'ordinateur, celui-ci l'installe de lui-même, sans vous demander l’autorisation.

10.000 euros de dommages et intérêts

Une technique commerciale peu scrupuleuse qui a conduit une utilisatrice américaine, particulièrement mécontente, à intenter une action en justice contre le géant américain. Propriétaire d’une agence de voyage, cette californienne a réussi à faire plier la firme américaine, qui vient d’être condamnée à lui verser 10.000 euros de dommages et intérêts.

EN SAVOIR + >>  Windows 10 vous force la main ? Voilà comment bloquer la mise à jour automatique

Dans le journal local The Seattle Times , Teri Goldstein raconte que son ordinateur professionnel s’est retrouvé hors-service durant plusieurs jours à cause d’un bug liée au téléchargement automatique de la mise à jour de Windows 10. Chose pour laquelle l’intéressé n’avait pourtant pas donné son accord., d’où son mécontentement.

Microsoft ouvre une boîte de Pandore

La boîte de support technique de Microsoft étant dans l’incapacité de l’aider à régler ces problèmes, elle a donc déposé plainte, demandant au juge une compensation financière pour l’argent perdu et l’achat d’un nouvel ordinateur. Microsoft a dans un premier temps refusé de payer en faisant appel, avant de se raviser et de verser la somme.

D’après un porte-parole de la firme, Microsoft continue de nier sa responsabilité, mais explique vouloir s’épargner les coûts d’une autre procédure judiciaire. On peut se demander toutefois si le cas Goldstein ne risque pas d’inspirer d’autres utilisateurs. Microsoft ne viendrait-il pas d'ouvrir involontairement une boîte de Pandore ?

À LIRE AUSSI
>>  Microsoft bloquera bientôt tous les mots de passe populaires
>>  Astuce geek : dopez les performances de votre ordinateur sous Windows 10
>>  Microsoft achète le réseau social LinkedIn pour 26,2 milliards de dollars
>>  Un nouveau ransomware s'attaque à tous les utilisateurs de Windows
>> Retrouvez toutes nos actus sur Microsoft

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter