L'enceinte Google Home Max lancée en France ce jeudi

L'enceinte Google Home Max lancée en France ce jeudi

High-tech
DirectLCI
MUSIQUE – Annoncée en octobre 2017, la Google Home Max arrive en France ce jeudi. Cette enceinte connectée équipée de Google Assistant est totalement dédiée à la musique et arrive sur un marché de plus en plus chargé.

Enceinte musicale connectée. Un triplé de mots de plus en plus gagnant ces derniers mois en high-tech. Après la Sonos One, le HomePod d’Apple, Sony, JBL, Panasonic ou encore Onkyo, voire même Amazon Echo (dont ce n’est pas la spécialité), voici donc Google Home Max qui débarque en France ce jeudi 30 août dans les enseignes spécialisées.


Reprenant les critères gagnants de la gamme Google Home (commandes tactiles, intelligence artificielle, compatibilité domotique et pilotage, assistant vocal), l’enceinte se présente comme un module nettement plus imposant. D’où son nom de Google Max, très loin niveau format du Google Home mini. Pour aboutir à sa conception, les équipes de Mountain View ont fait le constat que Google Home était énormément utilisé pour écouter de la musique et des podcasts, mais que le rendu sonore était loin d’être optimal, faute d’être sa mission principale. Les ingénieurs ont alors planché sur un produit permettant "de se sentir comme en studio avec l’artiste". Sa création répond donc à un triptyque : l’accent mis sur le son, le design et l’apport de Google Assistant.

L'installation, un jeu d'enfant

Voici donc un produit au design proche de l’enceinte Play:5 de Sonos, mais qui possède un avantage indéniable : elle peut se poser à la verticale comme à l’horizontale sans perte d’écoute grâce à une galette magnétique qui sert de reposoir. Car le secret qui se cache à l’intérieur du Google Home Max se nomme  Smart Sound, une technologie alliant six microphones intégrés et de l’apprentissage par la machine. De manière plus pratique, l’intelligence artificielle intégrée à l’enceinte et les micros sont capables de calibrer les réglages en temps réel pour les adapter à votre environnement. Une étagère au-dessus, un meuble juste derrière, l’enceinte placée dans un recoin de la pièce ? Le machine learning va automatiquement faire les réglages et optimiser l’équaliseur pour que vous ayez le meilleur son possible. Il vous suffira juste d’installer l’application Google Home sur votre appareil iOS ou Android et de lancer la détection de l’enceinte en quelques clics.

D’un point de vue design, le Google Home Max est composée de deux boomers (haut-parleurs) assez larges pour enrichir les basses auxquels s’ajoutent deux tweeters qui gèrent les aigus. Le tout prend place dans un boîtier robuste en polycarbonate, assez lourd aussi pour mieux asseoir le son. Le tissu gris galet ou noir charbon qui recouvre l’avant est hydrophobe et antimicrobien. Il ne craindra donc pas les environnements potentiellement humides, mais n’est pas étanche pour autant. L’enceinte ne dispose d’aucun bouton physique de commandes. 


Tout est tactile, fonctionne par tapotement sur le côté pour avancer/reculer le morceau de musique, ou par balayage sur le dessus pour faire varier le son. A noter que si l’appareil est positionné verticalement, les commandes latérales ne seront plus actives. Seules les quatre LED du niveau sonore indiquent alors s’il est en marche ou non. Le seul bouton que l’on trouve à l’arrière permet de couper le micro de l’assistant vocal Google Assistant intégré. 

Un usage axé sur la musique, mais pas seulement

Raccordé électriquement, Google Home Max dispose de différentes connectivités (port USB-C, prise jack pour raccorder des appareils, wifi, Bluetooth) et supporte plusieurs formats musicaux (HE-AAC, LC-AAC+, MP3, WAV, FLAC, Vorbis, Opus). Il peut être raccordé à tous les produits de l’écosystème Google (Chromecast, Google Home, Google Home Mini) pour créer un environnement multiroom et déclencher la musique partout. Mais n’espérez pas vous servir de Home Max comme d’un système Home Cinema : il ne fonctionne que pour la musique avec les services tels que Play Musique, YouTube Music, Spotify, Deezer… mais aussi les applis compatibles Chromecast.

De nos premières écoutes, on constate que l’enceinte dispose d'un son puissant assez équilibré sans pour autant saturer lorsqu'on monte le volume. Google Assistant est réactif et comprend bien les commandes, même quand le son est assez fort ou qu’on se trouve loin de l’appareil. Le Home Max bénéficie aussi de tous les avantages de la commande vocale (gestion des objets connectés, musique, podcasts, recherche, etc.). Vous pourrez ainsi demander à Google de trouver un morceau spécifique même avec un minimum d’informations (extrait de paroles, éléments de la pochette du groupe…). Voice Match, la technologie qui permet à Google Assistant de reconnaître jusqu’à six voix différentes et de personnaliser les réponses, est également activée. 


Depuis quatre ans, Google a décidé de se consacrer à l’élaboration de produits matériels pour accompagner son offre logicielle. Avoir le meilleur du hardware associé au meilleur du logiciel et de l’intelligence artificielle : voilà le nouveau leitmotiv du groupe, qui trouve son expression musicale dans Google Home Max. Et la firme californienne compte sans doute sur son creuset d’utilisateurs potentiels et sur sa facilité d’utilisation pour se tailler la part du lion. Car, à 399 euros, l’enceinte s’avère plus chère qu’HomePod (349 €) et Sonos One, qui tourne avec Amazon Alexa et prochainement Google Assistant (229 €). Les deux permettant aussi de piloter sa maison connectée tout en écoutant de la musique, avec notamment une qualité sonore de très haut vol. 


Prix : 399 € - Disponible en version galet ou charbon.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter