Salon du mobile de Barcelone : que va changer la 5G ?

TECH
DirectLCI
EXPLICATIONS - On n'a pratiquement parlé que de cela dans les allées du Mobile World Congress de Barcelone : la 5G. Un nom qui ne résonnera pleinement en France qu'en 2020, mais qui est largement entré dans sa phase de test un peu partout dans le monde. Bordeaux devrait même être l'une des premières villes de l'Hexagone à tester les très hauts débits de ce nouveau réseau.

La 4G fut la promesse d'une vie mobile plus rapide dans un monde où la 3G avait déjà bouleversé les habitudes. L'arrivée annoncée de la 5G commence à faire fantasmer le plus grand nombre avec des annonces de débits à la limite de l'indécence technologique. A Barcelone, à l'occasion du Salon international du mobile (MWC), la 5G fut de tous les halls, sur toutes les lèvres. De Qualcomm à Huawei, de la maison à la ville intelligente, pour les voitures, les robots ou les objets connectés, on a vu du "5" partout.


Présent sur le salon, Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat au Numérique a promis que "la France ne sera pas en retard sur la 5G", même si on s'aperçoit que nos voisins allemands ou les pays d'Asie sont déjà bien avancés en la matière. On estime que d'ici 2030, il faudra compter quelque 35 milliards d'objets connectés, des centaines de millions de smartphones en quête de réseau au même moment, des villes aux infrastructures nécessitant internet à tous les coins de rues et des véhicules autonomes sur les routes. D'où l'importance de renforcer le réseau en sûreté et en stabilité pour ces futurs usages de télécommunication. La 5G pourrait être l'innovation salvatrice de demain.

Qu'est-ce que c'est ?

C'est l'évolution des réseaux qui permettra d'avoir des débits beaucoup plus élevés (10 fois plus que les plus rapides du moment, 100 fois en moyenne les débits moyens de la 4G) et un temps de latence le plus bas possible (temps de réponse à environ 1 ms contre 50 ms actuellement pour la 4G ou même la 4G+). La 5G ne remplace pas la 4G ou même la 3G qui existeront toujours en parallèle. Elle ne se contente également pas des seuls réseaux mobiles : elle pourra se substituer à un internet fixe. La 5G va pouvoir connecter nettement plus d'objets, d'équipements, de voitures, etc. Cela va engendrer une modification des usages car elle pourra gérer un volume beaucoup plus important de données, de connexions simultanées, d'utilisations… Une sacrée révolution en vue.

En vidéo

Téléphonie : après la 4G, découvrez la révolution 5G

Qu'est-ce que cela va changer ?

Beaucoup de choses pourront être améliorées. Le réseau 5G doit couvrir tous les aspects liés à la télécommunication. Il proposera évidemment des débits plus rapide (les premiers tests affichent des débits maximaux à près de 15 Gb/ quand  les très bonnes zones de couverture tournent en moyenne autour des 20-30 Mb/s max), une consommation moins énergivore. La 5G intéresse donc aussi bien l'utilisateur de smartphone que les entreprises. De quoi proposer de multiples services aussi bien dans l'industrie, la ville, la maison, la santé, les infrastructures, etc. Les opérateurs telecom vont être au cœur de ce nouveau maillage et, de leurs offres, dépendra la qualité de l'adoption de la technologie. 

Pour quels usages ?

L'imagination semble être la seule limite actuelle des usages possibles. Tant que des débits et l'utilisation d'une bande passante sont nécessaires, alors tout pourra passer avec encore plus de facilité à la 5G. On évoque déjà des utilisations pour la ville intelligente, grosse consommatrice d'objets connectés et donc de débit. Les véhicules connectés ont aussi la 5G en ligne de mire. Le salon de Barcelone a permis de voir de nombreux tests, particulièrement pour la voiture autonome en quête de débits plus stables et plus puissants. Et cela pourrait aussi permettre aux véhicules de se connecter entre eux pour gagner en sécurité ou aux infrastructures urbaines pour communiquer. "On va pouvoir réimaginer la manière dont les routes fonctionnent", se félicite Viktor Arvidsson, directeur de la Stratégie chez Ericsson. "On estime qu'une dizaine de secteurs industriels vont être modifiés dans leur fonctionnement avec l'arrivée de la 5G." Et d'évoquer aussi la consommation de vidéo, la plus gourmande en bande passante des smartphones. "On ne se cantonnera pas au streaming. Cela va permettre de faire plus d'immersif, de la vidéo 360°, de la 4K plus facilement. Le jeu en ligne ne sera plus réservé aux seuls ordinateurs pour une question de débit. Les smartphones vont aussi en profiter. Cela permettra de se connecter plus facilement à tout", souligne-t-il. Tout cela entraînant un changement dans les habitudes de consommation et les usages, les réseaux sociaux et le streaming ayant sans doute été, avec l'explosion de la 4G, les grands bénéficiaires des dernières prouesses technologiques.

Comment va se passer le déploiement ?

Changer de technologie a un coût pour les opérateurs, qui seront néanmoins, pour finir, les grands gagnants de l'opération et des acteurs incontournables. Les premières réflexions tournent autour d'une réutilisation des infrastructures existantes pour la 4G qui vont être améliorées pour supporter la 5G le temps des tests. Mais à terme, il faudra remplacer les antennes pour qu'elles supportent une consommation de millions de personnes et objets connectés. Les opérateurs et autorités réfléchissent à la possibilité de positionner des mini antennes-relais sur du mobilier urbain pour mieux répartir les utilisateurs. Comme pour la 4G, l'intégralité du pays ne sera pas couverte simultanément alors que la 4G peine, après plusieurs années, à couvrir 90% de la population française. 

C'est pour quand ?

L'attribution des fréquences aux opérateurs devrait avoir lieu au plus tôt fin 2019, mais il semble plus probable que ce sera courant 2020. 2018 devrait être l'année du concret avec des expérimentations.  Entre 2018 et 2019, des grandes villes vont servir de sites pilotes pour permettre aux opérateurs d'exploiter les fréquences de manière expérimentale. Bouygues et le géant chinois des télécoms Huawei ont d'ores et déjà annoncé qu'ils réaliseront des tests de 5G à Bordeaux dès cette année.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter