Nintendo dévoile la Switch pour vous faire jouer partout

High-tech
DirectLCI
SURPRISE - C'est par une courte vidéo de 3 minutes que les fans de Nintendo ont découvert la future console du géant japonais : la Nintendo Switch. Une console de salon capable de se muer en console portable puissante à emporter partout. Mais ce ne sera pas avant mars 2017.

Après des mois d'attentes et de supputations, enfin, là voilà ! Connue sous le nom de code de Nintendo NX, la nouvelle console de salon du constructeur japonaise se nomme finalement Nintendo Switch. Elle s'est dévoilée, jeudi, dans une vidéo de trois minutes mise en ligne par la firme elle-même qui avait donné rendez-vous à tous ses fans et aux curieux à 16h00.


"Switch" un mot anglais pour dire échanger, basculer d'une position à une autre. Et tout cela, elle le fera. Comme souvent dans l'histoire des consoles de jeux vidéo, Nintendo joue la carte de l'innovation avec sa dernière pépite. Les joueurs de la WiiU rêvaient de le faire avec l'encombrant, mais attrayant, gamepad de la dernière console – une manette avec écran intégrée. Ils le feront avec la Switch, capable de les faire jouer dans le salon comme loin de la maison.


Car là où Nintendo a une carte à jouer face aux PS4 et autres Xbox One, c'est dans son côté hybride. La Switch se présente comme un boîtier noir qui se tient droit et à l'intérieur duquel se trouve une partie mobile avec un écran. Et c'est là la surprise du chef : la Switch pourra s'emporter n'importe où pour vous permettre de poursuivre votre partie. Et vous pourrez même jouer à plusieurs : l'écran déporté sera accompagné de deux manettes incluant un joystick. Il s'agit en fait des deux moitiés de la manette basique de la console que vous utilisez à domicile. De plus, la console profite d'un pied à l'arrière pour tenir debout comme un mini-écran.

Du haut de gamme à l'intérieur

Si Nintendo n'a jamais été plébiscité pour la qualité graphique de ses jeux, la Switch paraît en passe de changer la donne. Sur la vidéo, on y voit tourner quelques jeux gourmands dont NBA 2K17, un Legend of Zelda : Breath of the Wild qui montre les progrès faits dans ce domaine. Et Skyrim pourra également y avoir son heure de gloire aux côtés des héros traditionnels, Mario Bros en tête. De plus, la version portable de la console ne semble pas souffrir d'une déperdition technologique, même loin de son socle.


Et pour cause, c'est Nvidia qui a apporté son savoir-faire en termes de carte graphique à la nouvelle console. La marque n'a pas tardé à le faire savoir, une fois la présentation faite. La Switch embarque un processeur Tegra spécifique doté d'une carte graphique à l'architecture proche de celle des cartes graphiques GeForce, parmi ce qui se fait le mieux au monde. Nvidia a déjà un passé plutôt élogieux dans le domaine du jeu vidéo avec l'introduction il y a deux ans de la Shield Tablet, une console assez similaire à la version mobile de la Switch dans son esprit.

Le retour des cartouches et des grands noms du jeu vidéo

La surprise vient aussi des cartouches de jeu qui font leur grand retour. Fini les DVD, la Switch sera alimentée en Mario Bros, Zelda et autres Splatoon maison grâce à des sortes de cartes assez semblables à celles des consoles portables Nintendo 3DS. Et c'est d'ailleurs bien sur les plates-bandes de cette dernière que va marcher la future console. 


Délaissé par beaucoup de grands noms du jeu vidéo qui ne lui accordent plus aucun portage de leurs jeux phares depuis des années, Nintendo paraît faire l'unanimité avec sa Switch. Yves Guillemot, le patron d'Ubisoft, s'était déjà montré élogieux avec la nouvelle console avant même qu'elle n'apparaisse. Il ne semble pas le seul. La liste des "partenaires" embarqués dans l'aventure est des plus impressionnantes : Activision (Call of Duty, Skylanders), Bethesda (Fallout, Dishonored), Electronic Arts (FIFA, Battlefield), Konami (PES, Metal Gear), Square Enix (Final Fantasy, Deus Ex) ou encore Warner (Batman, LEGO). Preuve que la Nintendo Switch a toutes les chances de venir jouer dans la cour des grands dès mars prochain.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter