Non, ce monsieur ne s'appelle pas "Phuc Dat Bich" ("Baise Cette Chienne")

Non, ce monsieur ne s'appelle pas "Phuc Dat Bich" ("Baise Cette Chienne")

High-tech
DirectLCI
RESEAUX SOCIAUX - La photo du passeport de cet australien d'origine vietnamienne a fait le tour des internets pendant des mois. Ce dernier assurait que son compte Facebook avait été fermé plusieurs fois par le réseau social à cause de son nom qui se prononce, phonétiquement, "Fuck That Bitch". Metronews vous décrypte ce canular 2.0 qui a trompé de nombreux médias.

Ne l'appelez plus "Phuc Dat Bich". Le 28 janvier dernier, cet australien de 23 ans, d'origine vietnamienne, avait publié un post sur Facebook dans lequel il assurait que son compte Facebook avait été "fermé plusieurs fois" par le réseau social, en raison de son nom qui se prononce, phonétiquement, "Fuck That Bitch". Une expression vulgaire que l'on peut traduire par "Baise Cette Chienne". Pour preuve de sa bonne foi, l'homme avait accompagné son message d'une photo de son passeport.

Facebook est régulièrement critiqué pour sa politique obligeant les utilisateurs à utiliser leur vrai nom. Surfant ainsi sur la controverse autour l'interdiction des pseudos sur Facebook, cet internaute a réussi à tromper de nombreux médias. Il y a quelques jours, son post a refait surface sur le Net, et son histoire a été reprise par des médias du monde entier. The Independant , en Grande-Bretagne. En France, même l'AFP, reprise par de nombreux médias (mais pas nous), s'est fait avoir ! Sur Facebook, des milliers d'internautes ont apporté leur soutien au jeune homme. Son appel a été partagé plus de 84.000 fois.

Son vrai nom serait "Tin Le", a-t-il affirmé au Guardian

Mardi 25 novembre, Facebook décide finalement d'autoriser au jeune homme le droit d'utiliser son "nom" sur le réseau social. La réaction de ce dernier ne s'est pas faite attendre : "Je suis très reconnaissant envers les personnes qui soutiennent les noms présents dans certaines cultures. Nous vivons dans une société diverse et multiculturelle et le fait que des gens ici-bas me soutiennent et m’encourage me rend heureux."

Et puis badaboum ! Quelques heures plus tard, la chaîne de télévision australienne SBS , mise en garde par son bureau à Hanoï (Vietnam) décide finalement de contacter l'homme pour obtenir des explications. La réaction de ce dernier sur Facebook ne s'est pas fait attendre, mais cette fois sous le pseudo de "Joe Carr" : "Ce qui a commencé comme une blague entre amis est devenu une blague qui a ridiculisé les médias et fait ressortir le meilleur des gens qui m’ont contacté". Son véritable nom serait "Tin Le", a-t-il affirmé au site internet du  Guardian . Du coup, on a quand même (encore) un doute, maintenant.

À LIRE AUSSI
>>
Facebook autorise (enfin) les pseudos
>>
Faux mail #OnEstTousParis : arrêtez de faire tourner cette info bidon
>>
Facebook bientôt payant ? Attention aux messages bidons

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter