NSA : Obama condamne Snowden mais rassure ses alliés

NSA : Obama condamne Snowden mais rassure ses alliés

High-tech
DirectLCI
RENSEIGNEMENTS – Dans un discours sur la réforme des services de renseignement, le président américain n'a rien excusé à l'ancien agent responsable des révélation à propose de la National Security Agency. Il a aussi tenu à rassurer ses alliés en annonçant limiter leur espionnage.

Il faudra peut-être "des années" avant de mesurer pleinement les dégâts provoqués par Edward Snowden. Dans un discours tenu ce vendredi sur la réforme des services de renseignement américain, Barack Obama n'a pas mâché ses mots quant aux révélations de l'ancien analyste du renseignement sur les programmes américains de surveillance.

"La façon sensationnelle dont ces révélations ont été mises sur la place publique a souvent été plus spectaculaire que significative sur le fond. Elles ont révélé à nos adversaires des méthodes qui pourraient avoir des conséquences sur nos opérations, que nous pourrions bien ne pas comprendre avant des années", a insisté le président américain.

Plus d'espionnage des pays alliés

Barack Obama a cependant assuré que les agences du renseignement américaines - à commencer par la NSA - n'espionneront plus, sauf circonstances exceptionnelles, les communications des dirigeants de pays amis et alliés des Etats-Unis.

"J'ai été très clair vis-à-vis de la communauté du renseignement : à moins que notre sécurité nationale soit en jeu, nous n'espionnerons pas les communications des dirigeants de nos alliés proches et de nos amis", a-t-il déclaré. "J'ai également ordonné à mon équipe de sécurité nationale, ainsi qu'à la communauté du renseignement, de travailler avec nos collègues étrangers pour renforcer notre coordination et notre coopération de manière à reconstruire la confiance", a-t-il continué.

"Nos services sont peut-être les plus efficaces"

Celui-ci a malgré tout noté que ses services continueraient à "réunir des informations sur les intentions des gouvernements à travers le monde", comme le font tous les autres pays. "On ne va pas s'excuser juste parce que nos services sont peut-être plus efficaces", a-t-il lancé. "Mais les chefs d'Etat et de gouvernement avec qui nous travaillons en étroite collaboration [...] doivent être confiants dans le fait que nous les traitons en véritables partenaires", a repris Barack Obama.

Les révélations sur les écoutes par la NSA de dirigeants étrangers, rendues publiques par des documents divulgués par l'ancien consultant Edward Snowden, ont mis à mal les relations entre les Etats-Unis et plusieurs de leurs alliés - au premier rang desquels l'Allemagne - et placé le président américain dans l'embarras. Washington n'a jamais confirmé les informations parues dans la presse, mais a implicitement reconnu les faits.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter