On a testé le nouveau Mac mini, l’ordinateur riquiqui mais costaud d’Apple

High-tech
DirectLCI
COME-BACK – Dévoilé lors de la keynote de fin octobre à New York, le Mac mini fait officiellement son retour après plusieurs années loin des projecteurs. L’ordinateur de bureau compact d’Apple reprend la même recette qui a fait son succès, la puissance en hausse. Vaut-il son regain d’intérêt ? Notre verdict.

Intronisé en 2005, le Mac mini ne s’était pas refait une beauté depuis 2014. Il avait même disparu des radars alors que bon nombre d’aficionados réclamaient pourtant le retour de cet ordinateur de bureau ultra-compact.


Apple l’a ressorti de ses tiroirs lors de sa keynote du 30 octobre. Au premier coup d’œil, pas de changement : il a gardé son look carré de moins de 20 cm de côté et 3,6 cm d’épaisseur façon Apple TV géante. Le châssis gris sidéral est pourtant cette fois fait d’aluminium 100% recyclé comme le nouveau MacBook Air, et son pied est en plastique issu de matière récupérée. Bref, le Mac mini est beau et écolo.


Il est aussi pratique dans son boîtier toujours aussi facile à transporter.  C’est là sa force. Pour un ordinateur de bureau, il sait se faire discret sans concession (ou presque). Il dispose de toutes les connexions périphériques (USB-C x4, USB 3.0 x2, HDMI 2.0, prise casque), port Ethernet. En revanche, vous ne trouverez plus de port DisplayPort ou de lecteur de carte SD comme avant.

De la puissance à revendre

Sous le capot, Apple a dopé la puissance avec un processeur allant de quatre à six coeurs (configuration au choix : Intel Core i3 3,6 GHz 4 cœurs, Core i5 3 GHz 6 cœurs ou Core i7 3,2 GHz 6 cœurs) accompagné de 8 à 32 Go de mémoire vive. Le stockage interne grimpe aussi jusqu’à 2 To. Surtout, les transferts de données se font à très grande vitesse et les logiciels se lancent très rapidement sous le dernier système macOS Mojave. Comme pour le dernier MacBook Air, la sécurité de l’ensemble a été confiée à la puce sécuritaire T2 qui crypte tout, du démarrage au stockage. 


Il va sans dire que la configuration la plus optimisée fait grimper sérieusement l’addition (plus de 3.000 euros dont 1.900 euros pour passer de 128 Go à 2 To de disque dur). Mais vous avez alors une machine à faire pâlir de jalousie l’imposant iMac Pro, la puissance graphique peut-être un peu moindre, ou le plus puissant des MacBook Pro plus mobiles.

La configuration de base un peu juste pour les créatifs

Si vous n’avez pas de place ou la possibilité financière d’opter pour l’iMac, le Mac mini arrive donc avec tous ses avantages de taille réduite et de puissance accrue. Il est possible de lui brancher deux écrans 4K (ou un écran 5K), une carte graphique externe pour compenser celle un peu faiblarde intégrée (carte graphique Intel UHD Graphics 630), voire de le raccorder à d'autres accessoires ou même un autre PC. Les multiples connectiques serviront aussi à ajouter des composants externes au fil du temps car il n’est désormais plus possible d’ouvrir le Mac mini pour changer la mémoire ou autres éléments. 


Si vous avez besoin d’utiliser des logiciels un peu gourmands en ressources (montage vidéo, audio, photo, etc.), la configuration de base avec 8 Go de RAM s’avérera un peu juste tout comme les 128 Go de stockage très vite remplis de nos jours. Pour un usage plutôt bureautique standard, c'est amplement suffisant. Gros point en faveur du Mac mini : la possibilité de relier plusieurs boîtiers pour en faire une machine de guerre niveau puissance et donc d’une efficacité redoutable dans le traitement. Son ventilateur interne permet d’éviter les surchauffes, le tout dans le plus grand silence.

Avec un prix de départ 2018 à 899 euros, on est loin des 499 euros du premier modèle qui en faisait "le plus abordable des ordinateurs Apple", comme l'annonçait la marque à la pomme elle-même. Car il ne faut pas oublier qu’il est livré sans clavier ni souris. Si vous êtes déjà équipés et disposez d’un écran, l’investissement vaut le coup. Si la discrétion et/ou la mobilité alliée à la puissance sont vos prérogatives, voici un très bon compromis aussi.


Prix : à partir de 899 euros

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter