On a testé le Pixel 3 XL, le smartphone photo signé Google

High-tech
DirectLCI
PAPARAZZI – Google a enfin lancé ses smartphones en France il y a quelques jours. Le Pixel 3 et le Pixel 3 XL arrivent pour se poser en stars de la photo. Nous avons passé quelques jours en compagnie du grand format pour vérifier les dires du fabricant californien.

Il aura fallu attendre la 3e déclinaison du smartphone signé Google à 100% pour que le marché français y ait le droit. Et ça valait évidemment le coup d’attendre ! Comme souvent, quand Google se lance, ce n’est pas pour faire les choses à moitié. Le Pixel 3 est donc arrivé en deux tailles d’écran Amoled Quad HD+ (5,5 pouces pour le Pixel 3 et 6,3 pouces pour le Pixel 3 XL). Et c’est essentiellement là que se fait la différence. 


Si les Pixel 3 séduisent, c’est aussi car ils embarquent ce que Google fait de mieux, à commencer par un logiciel au top, le meilleur d’Android 9 Pie, une interface intuitive, de la sécurité sans cesse mise à jour et des fonctionnalités annexes qui tournent bien, comme Google Assistant ou Google Lens qui fait de recherche sur la photo (information, adresse web ou mail, etc.). Equipé du puissant processeur Qualcomm Snapdragon 845, il rend tout simple et fluide. Les commandes sont très réactives, l’ouverture des applications rapide. Le Pixel 3 XL dispose d’une batterie légèrement plus costaude que son petit frère pour tenir aisément plus d'une journée (3.430 mAh contre 2.915 mAh). Et les deux embarquent la charge rapide qui permet de récupérer 7 heures d’autonomie en 15 minutes.

Le roi de la photo

La gamme Pixel arrive en France avec une réputation de tueuse de la photo totalement justifiée. Pourtant, les Pixel 3 n’ont qu’un seul capteur à l’arrière -à l’heure où Samsung en a présenté quatre sur son A9. Le smartphone de Google est néanmoins un surdoué logiciel de la photo. Son intelligence artificielle a été entraînée pour juger par elle-même de chaque situation et en tirer le meilleur rendu. Alors une seule lentille de 12 Mpx à l’arrière (ouverture f/1.8), renforcée par un Super Zoom totalement numérique très performant, ça lui suffit amplement.


Le Pixel 3 s’appuie également sur un système HDR+ (8 photos prises en simultané pour combiner les meilleurs éléments et offrir le meilleur cliché possible) qui fait la différence. Le mode Top Shot permet d’éviter la photo de vous les yeux fermés ou le sourire manqué car elle pourra vous recommander le cliché pris le millième de seconde précédent votre déclenchement. Merci donc à l’algorithme maison de nous fait croire que le prochain Robert Doisneau ou Yann Arthus-Bertrand sommeille en nous !

Globalement, le Pixel 3 est surperformant dans tous les registres. Les photos sont plus nettes et détaillées de jour comme de nuit. Un peu trompeur ou flatteur, pourra-t-on dire dans certaines situations… Le mode portrait ajuste le flou à la perfection à l’arrière-plan, mais il n’est pas modulable (tout ou rien !). Cela reste une prouesse sans second capteur photo pour gérer la profondeur de champ. Il peut aussi filmer en 4K à 30 i/s.

A gauche : en mode normal - A droite : avec le mode portrait

Photo de nuit en mode normal

Même dans le noir, il peut voir

Disponible depuis ce mercredi en mettant à jour l’application photo du Pixel 3, le mode vision de nuit réalise pour sa part des miracles en très basses lumières. Dans le noir, il parvient même à voir ce que vos yeux ne perçoivent pas. Cela peut aussi s’avérer utile pour lire une pancarte. Pour les photos de ville la nuit ou de concert, le rendu est assez étonnant. Il s’agit d’une longue exposition qui nécessite cependant de rester stable quelques secondes. 

A gauche : en mode normal - A droite : en mode Vision de nuit

Les Pixel 3 proposent aussi leur dose de fun avec un mode Playground qui ajoute de la réalité augmentée dans vos vidéos (voir ci-dessous). Les selfies sont plus sympas avec un mode groupe qui augmente de 33% le champ de vision et permet de mettre plus de monde sur la photo (deux capteurs à l’avant de 8 Mpx chacun). Le mode Photobooth qui déclenche le cliché dès que le sujet sourit devrait ravir les fans de selfies. On aime l’autofocus qui reste fixé sur un sujet  en mouvement sur une vidéo. Il suffit d'appuyer dessus pour que l'IA le traque.

Le design fait moins rêver

Du côté des points moins positifs, le design ne plaira pas à tout le monde. Les Pixel 3 sont un peu carrés et froids, à contre-courant de la tendance actuelle. Le dos propose un double aspect verre brillant et mat pas forcément folichon, mais qui a l’avantage de ne pas afficher avec ostentation toutes vos traces de doigt. Si le Pixel 3 arbore en façade des bordures un peu larges en haut et en bas qu’on pensait désuètes, le 3 XL a succombé à l’encoche pour laisser plus de surface à l’écran, mais avec une étonnante bordure en bas. Attention, le verre s’avère plutôt sensible aux rayures.


On regrettera qu’avec autant de talents, le Pixel 3 n’ait pas franchi le cap de la reconnaissance faciale. Il se déverrouille avec un code, schéma ou par l’empreinte digitale au dos. Il a aussi fait l’impasse sur la prise jack pour les écouteurs, mais vous trouverez un adaptateur USB-C.

Prix – Pixel 3 : à partir de 859 € en 64 Go (existe aussi en 128 Go) - Pixel 3 XL : à partir de 959 € en 64 Go (existe aussi en 128 Go) - Disponible en Simplement Noir, Résolument Blanc et Subtilement Rose

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter