On va tous mourir (et l'Univers aussi)

High-tech
ESPACE — C’est la première fois qu’une étude d’une telle envergure confirme la fin inéluctable de l’Univers. En analysant pendant plusieurs années plus de 200 000 galaxies, 30 universités a travers le monde ont constaté que leur énergie est deux fois moindres qu’il y a deux milliards d’années. Une tendance qui le mènera à une mort certaine.

Nous sommes tous mortels, et l'Univers ne fait pas exception. L’Univers produit de moins en moins d’énergie ; ce qui le mènera à une mort lente, mais certaine, affirme une équipe internationale de scientifiques qui a mesuré l’énergie produite par 200 000 galaxies. Sa conclusion est sans appel : elle est deux fois moindre aujourd'hui que celle générée il y a deux milliards d’années.

"A partir de maintenant, l'Univers est voué au déclin, comme une vieillesse qui durerait pour toujours", a expliqué Simon Driver, membre du Centre international de recherches radioastronomiques (Icrar) de l'Etat d'Australie occidentale qui a participé au projet.

Un phénomène connu depuis les années 90

Pour y parvenir, les chercheurs ont utilisé sept des télescopes les plus puissants de la planète pour observer pendant huit ans ces galaxies. Les mesures ont été effectuées sur 21 longueurs d'onde différentes, allant de l'infrarouge à l'ultraviolet. Deux télescopes spatiaux de la Nasa et un télescope spatial de l'Agence spatiale européenne (Esa) ont également été mis à contribution. Au total, ce sont 30 universités australiennes, européennes et américaines qui ont collaboré sur ce projet baptisé GAMA.

Malgré la production d’énergie encore importante générée par la fusion thermonucléaire des étoiles, elle ne compense pas celle créée par le Big Bang il y a 13,8 milliards d’années. Le phénomène est en effet à l’origine de toute l’énergie disponible dans l’Univers, elle est donc vouée à s’amenuiser alors qu’il s’étend. Il convertit sa masse en énergie, comme le décrivait Einstein il y a cent ans avec sa formule E = mc2.

Bien entendu, les scientifiques ne revendiquent pas les résultats de l’étude GAMA comme une découverte. On sait depuis les années 90 que l’Univers est en déclin, mais le projet permet pour la première fois d’observer la totalité du spectre lumineux et d’estimer assez précisément l’ampleur de l’évolution de son déclin. Et si vous vouliez vous préparer à la fin de l’Univers, il faudra être patient, les scientifiques ne peuvent le déterminer pour l’instant, mais il est sûr qu’il n’arrivera pas avant plusieurs milliards d’années. Comme l'a écrit le poète anglais Alexander Pope : "Tout est incertain dans la vie ; il n'y a de certain que la mort."

EN SAVOIR +
>> Toute l'actualité de l'espace sur
metronews

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter