Paiement sans contact : les accessoires anti-piratage sont-ils vraiment efficaces ?

Paiement sans contact : les accessoires anti-piratage sont-ils vraiment efficaces ?
High-tech

Toute L'info sur

Le 20h

CONSO - Ce mode de paiement séduit de plus en plus de Français. Certains refusent néanmoins de l'adopter, craignant que leurs informations bancaires terminent entre les mains d'un escroc. Face à ce risque, des accessoires de protection sont vendus dans le commerce. Mais sont-ils vraiment efficaces ? Pour le savoir, nous les avons testés.

Rapide, pratique et commode, le paiement sans contact est aujourd'hui devenu une habitude pour plus de sept Français sur dix. Ce mode de paiement s'appuie sur la technologie NFC ("Near Field Communication" ou communication en champ proche). Concrètement, il suffit d’approcher sa carte bancaire à une distance de trois ou quatre centimètres d’une borne ou d’un terminal de paiement chez le commerçant pour régler instantanément des petits achats – dans la limite de 30 euros par transaction. Pas de code à composer, pas de monnaie à rendre, c'est simple et rapide. 

Cependant certaines personnes sont encore réticentes à opter pour ce mode de paiement, car elles redoutent que leurs informations bancaires ne soient chapardées au passage. En 2015, des experts en sécurité informatique avaient démontré qu'il est possible d'en intercepter les données personnelles, notamment le numéro de la carte et sa date d'expiration. Face à ce risque de fraude, des accessoires de protection, censés empêcher tout prélèvement abusif, sont proposés aux usagers. 

La carte crée un champ magnétique autour du portefeuille, ce qui rend invisible- Maxime Smolinski, co-directeur chez Absolute secure

Sur Internet, des sites proposent des étuis anti-piratage pour quelques euros. Portefeuilles et autres boîtiers protecteurs sont également légions dans les commerces. Chez Kano Maroquinerie à Paris, le modèle phare le plus prisé est une coque de protection en aluminium. Quand la carte est placée à l’intérieur, les ondes ne passent pas", affirme la gérante du magasin.

Plus discret, un système de brouillage, développé par deux jeunes entrepreneurs, prend quant à lui l’apparence d’une simple carte à glisser dans son portefeuille. "La carte crée un champ magnétique autour du portefeuille, ce qui rend invisible lorsqu’il y a un scan malveillant", assure Maxime Smolinski, co-directeur chez Absolute secure. Son prix ? 24,99 euros. Un montant relativement élevé.

Lire aussi

Aucun cas avéré jusqu'à présent

Aujourd’hui, des délinquants peuvent équiper leur téléphone portable d’un logiciel. Il suffit d’approcher l'appareil à moins de six centimètres du portefeuille d’une victime, dans les transports en commun par exemple, pour effectuer un prélèvement. Ce dernier est plafonné à 30 euros maximum, ce qui limite néanmoins les pertes. 

En réalité, peu de cas de ce type de vol ont été enregistrés. en revanche cette méthode permet également de récolter toutes les données de la carte bancaire et là le risque est plus grand. Pour Jean-François Beuze,  président de Sifaris, "au lieu de récupérer les  30 euros depuis un terminal de paiement, le pirate informatique va se rendre sur un site marchand pour effectuer des achats directement", explique ce spécialiste en sécurité informatique. Et là, évidemment, le préjudice risque d'être plus important. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent