Paper sera-t-il le futur de Facebook ?

Paper sera-t-il le futur de Facebook ?

High-tech
DirectLCI
RÉSEAUX SOCIAUX - La nouvelle application mobile de Facebook va bouleverser la présentation des contenus publiés par vos amis. Elle reprend notamment les codes de la presse papier, comme l'avaient fait avant elle d'autres applications d'actualités.

Une application pour tout changer. Le réseau social Facebook a annoncé hier la sortie d'une nouvelle application permettant de consulter l'actualité de ses amis. Disponible le 3 février prochain, seulement aux Etats-Unis et sur iOS dans un premier temps, elle reprend le principe de certaines applications déjà existantes, comme Flipboard.

L'idée est de présenter le flux d'actualité à la manière d'un magazine. Les contenus (textes, photos ou vidéos), sont ici présentés en plein écran, sans aucun menu venant alourdir l'ensemble.

Une nouvelle approche du fil d'actualités

L'application fait aussi la part belle aux gestuelles en tout genre. En faisant glisser son doigt sur l'écran, il est possible de passer d'une actualité à une autre ou de déployer un article pour le lire en entier. En orientant son iPhone vers la droite ou la gauche, on peut naviguer au sein d'une photo panoramique, par exemple. Mais Paper, ne sera pas seulement un outil de consultation. L'utilisateur pourra également s'en servir pour publier ses propres statuts, photos ou vidéo.

Avec cette présentation, Facebook insiste encore un peu plus sur le côté informatif en reprenant les codes esthétiques de la presse papier. Depuis le mois de décembre dernier, le réseau social a également choisi de mettre un peu plus en avant les articles de presse au sein des fils d'actualités.

Reste désormais à savoir quel accueil sera réservé à cette application qui casse les codes actuels de Facebook. Le réseau social a précédemment connu des hauts et des bas avec ses nombreuses applications mobiles. Si Messenger est un succès (sixième appli la plus téléchargée aux Etats-Unis), Facebook Home sur Android est un échec, tout comme Poke, que Mark Zuckerberg a finalement qualifié hier de "blague ".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter