Paris : vous verrez des taxis volants sur la Seine au printemps prochain

High-tech

INNOVATION – Une démonstration de taxis volants au-dessus de la Seine va être effectuée au printemps 2017. Le but pour l’inventeur de ces Sea Bubbles est d’en faire les futurs taxis parisiens.

Imaginez, vous vous promenez sur les berges de la Seine à Paris et vous croisez une machine volant au-dessus de l’eau pour déposer ses passagers devant vous. Cette scène un peu surréaliste pourrait bien devenir réalité dans très peu de temps. C’est en tout cas le souhait du navigateur Alain Thébault, inventeur de ces taxis du futur. Selon leur papa, ces "Sea Bubbles" (bulles de la mer) se résument à "zéro émission, zéro vague, zéro bruit", explique Le Parisien. Ces embarcations électriques se déplacent au-dessus de l’eau grâce à de petites ailes placées sous la cabine.

Pour les alimenter, elles seront rechargées dans des stations d’amarrage. "Des hydroliennes placées sous les docks produiront de l’énergie grâce au courant du fleuve, ce qui permettra de recharger les bulles en temps réel", décrit Alain Thébault. Associé au véliplanchiste Anders Bringdal, sa start-up a levé 500 000 euros pour ce projet. 

"Après des essais sur des maquettes de taille réduite, on est en train de réaliser un prototype à l’échelle 1", explique-t-il. "Et au printemps, nous allons faire une démonstration publique sur la Seine avec cinq Sea Bubbles, qui seront installées au pied de l’Assemblée nationale".

Un mode de réservation à la Uber

L’inventeur souhaite faire de ces esquifs les futurs taxis de la capitale. Elles seront guidées par un pilote et pourront transporter jusqu’à quatre passagers. Leur réservation pourra se faire via une application à la manière d‘Uber et une course dans Paris ne devrait pas dépasser les 10 euros, imagine déjà Thébault. "Je voudrais que le plus grand nombre de gens puisse les utiliser pour les déplacements est-ouest, pour desservir La Défense. Et pourquoi pas imaginer des couloirs pour les Bubbles, comme pour les bus ? Il faut vraiment contribuer à réduire le nombre de voitures en ville et c’est maintenant que ça se passe".

Lire aussi

    Un discours qui trouve forcément une oreille attentive du côté de la mairie de Paris. Anne Hidalgo a validé l’expérimentation et le projet ferait concensus. Le département des Hauts-de-Seine, la ville de Neuilly ou les métropoles américaines de New-York, Miami ou Seattle se seraient également montrées intéressées.

    Lire aussi

      En vidéo

      Pittsburgh : les taxis sans chauffeur d'Uber débarquent

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter