Parrot présente de nouveaux minidrones, dont un étonnnant bateau hydrofoil

High-tech
DirectLCI
DRONES - A l'arrivée de l'été, le français Parrot a présenté une nouvelle gamme de minidrones. Outre le Jumping Sumo et le Rolling Spider, un nouveau modèle débarque : un bateau télécommandé capable de s'élever légèrement au-dessus de l'eau.

Déjà 600 000 exemplaires vendus et Parrot ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Après avoir lancé il y a environ un an deux drones de petites tailles, le fabricant high-tech français récidive avec de nouveaux modèles de ses minidrones, dont un tout nouveau concept de bateau.

 Jumping Drones


Tout droit inspiré du Jumping Sumo, Parrot présente le Jumping Night Drone, un petit appareil qui roule et qui saute mais qui, lui, est doté de "vision nocturne" (en réalité des LED suffisamment puissantes pour éclairer l'environnement proche). Son cousin, le Jumping Race Drone est doté de roues larges et d'une vitesse de pointe supérieure (13 km/h, contre 7 km/h pour le Jumping Night Drone) pour faire la course entre plusieurs appareils similaires. Entre outre, ces deux nouveaux modèles - connectés en WIFi - sont désormais dotés d'un micro pour transmettre du son à distance et d'une mémoire interne de 4 Go qui permet de stocker de courtes vidéos via la caméra VGA intégrée à l'appareil. 20 minutes d'autonomie.
Prix : 199 euros. Lancement courant juillet.

Airborne Drones


Dans les airs aussi, Parrot voit double. Dans la foulée du Rolling Spider, voici deux minidrones volants. Les Airborne Drones sont connectés en Bluetooth (et non en WiFi comme leurs cousins), ce qui vous les empêche de s'éloigner de vous au-delà de 20 mètres. En contrepartie, ces petits drones sont particulièrement bien stabilisés grâce à leur gyroscope et accéléromètre intégrés. ILs se déplacent tout de même à la vitesse de 18 km/h et peuvent effectuer des acrobaties aériennes pré-enregistrées dans l'application. NUl besoin d'être un pilote hors pair, donc. Comme son nom l'indique, l'Airborne Night est doté de LED pour éclairée une zone quand on le fait voler de nuit. L'Airborne Cargo, lui, est doté d'une petite base centrale sur laquelle on peut poser un (petit) objet, comme un Playmobil par exemple. A noter que les deux appareils sont dotés d'une caméra capable de prendre des photos VGA mais pas de filmer : elle est utiliser pour calculer la vitesse de déplacement. 9 minutes d'autonomie.
Prix : 129 euros. Lancement courant juillet.

 Hydrofoil Drone


Après les drones qui volent et ceux qui roulent, voici un modèle qui flotte. Ce bateau est en fait un hydroptère, c'est-à-dire une embarcation dotée d'ailes immergées (aussi appelées des foils) et qui, quand elle prend de la vitesse, s'élève très légèrement au-dessus de l'eau. Ainsi, le bateau se déplace vite et n'est pas freiné par les vagues. L'Hydrofoil Drone - connecté en Bluetooth (rayon de 20 mètres) à votre smartphone ou tablette - ne vole pas réellement mais peut se déplacer aisément sur un plan d'eau calme (une piscine ou un étang par exemple mais pas une rivière ou la mer). Sur le dessus de l'appareil, quatre hélices de drones sont posées à l'horizontal. Pour démarrer, elles se relèvent et s'incline afin de faire avancer l'engin. Avantage : il peut avancer à la vitesse de 10 km/h et vire de direction en un clin d'oeil. On est loin du voilier télécommandé de papy, avec le revers de la médaille : 7 minutes d'autonomie seulement.
Prix : 169 euros. Lancement courant juillet.


EN SAVOIR +
>>  Les 10 règles du pilote de drone amateur pour voler en toute légalité
>> 
Parrot Zik 2.0 vs. Bose Quiet Comfort 25 : quel est le meilleur casque à réduction de bruit ?
>> 
Replanter des arbres par milliard avec ce drone doté d'une "mitraillette à graines"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter